Quelque chose de jamais rompu…

par Anssoufouddine Mohamed, Pratiques N°80, février 2018

Anssoufouddine Mohamed Cardiologue Si l’utilisation du corps humain et de ses dérivés au service d’intérêts mercantiles peut apparaître dans nombre de sociétés comme le contrecoup à payer de la révolution biotechnologique, aux Comores, c’est de bien autre chose qu’il s’agit. Pour nombre de sociétés, l’usage du corps humain et de ses dérivés au service de quelques intérêts matériels et/ou mercantiles apparaît comme un écart à la norme ou comme le contrecoup à payer de la révolution (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°80 La marchandisation des corps

Lire aussi

N°80 - janvier 2018

Edito : La traque

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin retraitée Combien celui-là ? 500 dollars Et celle-là ? 350 dollars Et le petit là, c’est son gosse ? Oui Combien ? 200 dollars Je te prends les deux pour 400. Top là pour 450 Un …
N°80 - janvier 2018

Une intégrité dangereuse…

par Philippe Pascal
Philippe Pascal Inspecteur à l’URSSAF Pratiques : Parlez-nous du combat que vous avez mené… Philippe Pascal : Mon père était journaliste à La Marseillaise, journal communiste. J’ai été élevé dans …
N°80 - janvier 2018

L’esprit reste hors de prix

par Pascal Boissel
Pascal Boissel Psychiatre Dans un monde où tout devient marchandise, où le corps organique peut ici et là être évalué financièrement et être vendu en pièces détachées, l’esprit reste-t-il …
N°80 - janvier 2018

Financiarisation des corps par la mine

par Christiane Vollaire
Christiane Vollaire Philosophe L’extraction minière est l’enjeu d’une spéculation financière qui s’augmente de la violence faite aux corps. Le texte s’organise autour de la figure d’un mineur en …