Quelque chose de jamais rompu…

par Anssoufouddine Mohamed, Pratiques N°80, février 2018

Anssoufouddine Mohamed Cardiologue Si l’utilisation du corps humain et de ses dérivés au service d’intérêts mercantiles peut apparaître dans nombre de sociétés comme le contrecoup à payer de la révolution biotechnologique, aux Comores, c’est de bien autre chose qu’il s’agit. Pour nombre de sociétés, l’usage du corps humain et de ses dérivés au service de quelques intérêts matériels et/ou mercantiles apparaît comme un écart à la norme ou comme le contrecoup à payer de la révolution (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°80 La marchandisation des corps

Lire aussi

N°80 - janvier 2018

Edito : La traque

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin retraitée Combien celui-là ? 500 dollars Et celle-là ? 350 dollars Et le petit là, c’est son gosse ? Oui Combien ? 200 dollars Je te prends les deux pour 400. Top là pour 450 Un …
N°80 - janvier 2018

Des marchands disent

par Gaëlle Texier
Gaëlle Texier Médecin généraliste Des Marchands disent Cette belle fille aux jolis seins ronds, aux dents parfaites, combien en veux-tu ? Que je la mette dans mon lit Ce petit jeune homme au …
N°80 - janvier 2018

Le corps témoin de la marchandisation

par Irène Mériaux
Irène Mériaux Gynécologue J’ai toujours beaucoup aimé travailler dans des lieux de consultation très différents, avec des patients très différents socialement. Je trouve que ça permet de prendre …
N°80 - janvier 2018

Corps, cancers et genre

par Arnaud Alessandrin, Anastasia Meidani
Anastasia Meidani Maître de conférences en sociologie, Université Toulouse Jean Jaurès, LISST Arnaud Alessandrin Sociologue, Université de Bordeaux, Centre E-Durkheim. Qu’est-ce qui relève du …