Quand une urgence en cache une autre

Isabelle Tissier, Psychomotricienne, CH Les Murets (94)

Quand une pensée en suggère une autre, parfois il se produit un agencement, une idée, un déplacement, où l’on peut convoquer une communauté en partage, et les idées naissent et ça donne, ça offre, ça générosite de belles choses…
Nous procédons souvent comme cela à l’atelier café ciné burlesque, avec Catherine, Michaël et nous autres.
On lance, on offre sur la table la table des matières : films, textes, dessins, mots, et on se met à jouer comment la matière nous parle, nous fait bouger, nous fait penser, comment on est parlé, pensé par elle. Apprendre à désapprendre.
C’est un laboratoire du chaos, du désordre, mais ça agence, ça fusionne et ça distingue tout à la fois, ça sculpte des objets du chaos, ça façonne l’espace que nous souhaitons commun, porteur d’un « ça peut se passer autrement », d’un déplacement. Ainsi, en se débattant avec ses propres contradictions, l’homme moderne laisse place à l’homme burlesque.
La période covidienne nous mesure barrière. Il nous faut bien éprouver le hiatus entre liberté et respect d’autrui. De fait, le confinement général contraint chacun à éprouver ce hiatus, à le « résoudre » de la même manière : pour ne pas mettre en danger autrui, on se prive de liberté, de lien social (bien entendu, chacun ne vit pas le confinement de la même manière qu’un autre.)
Pour accueillir ce chaos soudain, il nous faut composer et oser, quitte à nous faire passer pour criminels : l’urgence n’est pas aux seules parenthèses. Bien sûr, prendre très au sérieux l’urgence de sauver des vies covidées. Mais aussi sauver nos vies confinées. Celles et ceux qui n’ont pas attendu qu’un virus les confine pour être confinés sont d’autant plus touchés. Il nous faut alors redoubler d’attention soignante, être là, lutter contre le virus de l’abandon, celui de l’oubli, maintenir le lien, les bouts d’existence.
Continuer d’affirmer nos craintes, nos doutes et les mettre en jeu. Prendre part, autrement que « sous garanties de ». Qu’on le veuille ou non, ici plus que jamais, les garanties ne peuvent toutes être là, et il nous faut retrouver, « pour de vrai », ce que l’on nous a ôté depuis trop longtemps : notre bon sens, notre sens de la responsabilité, notre sens de l’engagement – et résister aux faux amis : le dévouement, le sacrifice et l’héroïsme du bon personnel soignant.

par Isabelle Tissier, Pratiques N°91, novembre 2020

Lire aussi

N°91 - octobre 2020

L’ours du numéro 91

Pratiques, les cahiers de la médecine utopique est édité par Les éditions des cahiers de la médecine utopique, dont le président est Patrick Dubreil. La revue Pratiques est éditée depuis 1975. La …
N°91 - octobre 2020

L’arrivée de la Covid en psychiatrie : un retournement inattendu

par Delphine Glachant
Delphine Glachant, psychiatre au centre hospitalier Les Murets (94) Ou comment la situation de grand renfermement qu’amenait ce virus allait nous permettre de nous ouvrir psychiquement à …
N°91 - octobre 2020

Recherche en bio génétique par le dessin

par Catherine Vallon
Catherine Vallon, centre hospitalier Les Murets (94) Vous trouverez la version longue et illustrée de l’article en document joint. Jour après jour dans le confinement généralisé, je dessine pour …
N°91 - octobre 2020

M. Coronavirus

par Paul Roussel
Paul Roussel, assistant social, centre hospitalier les Murets (94) M. Coronavirus, Je vous écris cette lettre pour vous dire ce que je pense de vous. Vous avez détruit des milliers de vies, Mais …