Qu’est-ce qui nous tient ?

par Emilie Doucet, Pratiques N°101, juin 2023

Lorsque j’ai passé mon bac, une amie à moi a tenté le concours pour devenir infirmière. J’avais trouvé l’idée complètement saugrenue. Comment avoir envie à 18 ans de côtoyer quotidiennement la maladie, la mort, les excréments et autres liquides corporels ? Je trouvais ça complètement masochiste.

Émilie Doucet, infirmière à l’hôpital dans un service de psychiatrie adulte Quinze ans plus tard, trente-trois ans, « l’âge du Christ ! », me voilà fraîchement Infirmière diplômée d’État ou Bonne sœur… Avec le recul, je ne sais pas trop, si on lit un peu l’histoire de notre profession, c’est difficile de s’empêcher de faire le rapprochement. Des femmes qui prennent soin des autres à l’époque par charité et aujourd’hui pour un salaire de merde leur permettant à peine de se préoccuper (...)

La Revue Pratiques réserve cet article à ses abonnés.

Pour lire la suite, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°101 Infirmières : une variable d’ajustement ?

Lire aussi

N°101 - avril 2023

Responsabilité contre soumission

par Anne Perraut Soliveres
Face à la destruction des lieux de soin qui ne cesse de gagner du terrain, il serait intelligent de réhabiliter le métier d’infirmière plutôt que le laisser dépérir, car il s’avère une ressource non …
N°101 - avril 2023

Parcours d’IPA

par Sylvie Bouchy, Léa Schleck
Suite à une première rencontre avec Sylvie Bouchy, infirmière en pratique avancée au sein d’une MSP, salariée de l’association Asalée, j’avais perçu une démarche de reconquête du sens dans son …
N°101 - avril 2023

Ces combattantes exploitées

par Younous Anriddine
La profession infirmière est indispensable à l’excellence d’un système de santé. Aux Comores, les infirmières, plus vulnérables, sont livrées à une sorte d’asservissement dans les institutions …
N°101 - avril 2023

Des ajustements subis ou choisis ?

par Françoise Acker
L’offre de soins fonctionne en « mode dégradé » depuis un bon moment déjà. Les infirmières n’ont-elles d’autre choix que de faire au mieux dans un tel contexte ? Françoise Acker, sociologue …