Médecin de famille et secret médical

par Yves Demettre, Pratiques N°64, février 2014

Ne pas rompre le secret médical d’un patient face à la demande d’un membre de la famille est un exercice délicat.

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°64 Le secret en médecine

Lire aussi

N°64 - février 2014

P4P : La boîte à secrets

par Lanja Andriantsehenoharinala
La Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (ROSP), paiement à la performance des médecins généralistes, est un dispositif entouré de zones d’ombre.
N°64 - février 2014

Le secret médical est-il société 2.0 compatible ?

par Stéphane Lepetit
Au-delà des questions posées par le Dossier Médical Partagé, et la sécurisation des informations qui y sont recueillies, un généraliste aborde l’impact d’Internet sur la confidentialité ou la …
N°64 - février 2014

L’hôpital, le DIM et le secret médical

par Nicole Smolski
Une plainte de syndicats hospitaliers contre X a été déposée début octobre 2013 auprès du procureur de la République pour violation du secret professionnel.
N°64 - février 2014

Le secret médical, une force de loi

par Yveline Frilay, Marie Kayser
Tout patient dira ou pensera un jour : « je peux le dire à « mon » médecin puisqu’il est soumis au secret médical », tout médecin sait que le secret médical est une condition sine qua non de son exercice, mais …