La souffrance traumatique différée

par Olivier Boitard, Pratiques N°90, juillet 2020

Olivier Boitard, Psychiatre, CHI de Clermont de l’Oise On ne compte plus les manifestations de souffrance psychique à la suite de violences sexuelles subies dans l’enfance ou à l’adolescence, révélées plusieurs dizaines d’années après les faits. Avec fréquemment le souhait d’une répression sévère des auteurs, proportionnelle à la douleur présente. L’oubli impossible de la victime a son corollaire : la remise en cause de la prescription, nécessaire pourtant dans un état de droit comme cela a été montré (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°90 Covid-19 : autopsie d’une crise (1e partie)

Lire aussi

N°90 - juillet 2020

Cave Covid

par Jean Vignes
Jean Vignes, Infirmier de secteur psychiatrique retraité. Depuis l’émergence de la pandémie, avouez qu’il y a de quoi perdre son latin. Des intégristes cathos qui persistent à organiser des messes …
N°90 - juillet 2020

Écho du fond de l’entonnoir

par L.A. Woman
L.A Woman (LAW), Infirmière. Quelque part en France, la pandémie survient dans une unité de soins déjà en crise, d’un hôpital psychiatrique en crise depuis des lustres. Dans notre pavillon, la …
N°90 - juillet 2020

Exaspération d’une généraliste

par Anne Surrault
Anne Surrault, Médecin généraliste Médecin en Vendée, je suis interpellée par les conséquences sur la santé des mesures prises pour faire face à l’épidémie de la Covid-19 dans ce département. Après …
N°90 - juillet 2020

Qui a peur du retour à l’anormal ?

par Jean-Pascal Devailly
Jean-Pascal Devailly, Médecin des hôpitaux, AIHP – ACCA, Service de médecine physique et de réadaptation (MPR), Groupe hospitalier Lariboisière - Fernand Widal – Saint-Louis. Après la Covid, la …