La Sécurité sociale en danger de mort

par Bernard Teper, Pratiques N°97, juin 2022

La Sécurité sociale est le premier budget de la nation (570 milliards d’euros contre 455 pour le budget de l’État tous ministères confondus). Constatons ensuite que cela ne semble pas un élément primordial de débat, même au moment de la séquence considérée comme centrale qu’est la présidentielle.

Bernard Teper, Intervenant du Réseau éducation populaire (Rep) et du média Respublica Les études d’opinion montrent que la santé est la deuxième préoccupation des assurés sociaux tout juste après le pouvoir d’achat. Pourtant, les complaintes pleuvent sur le niveau élevé des accidents du travail, sur les maladies professionnelles non reconnues, sur l’état lamentable des Ehpad dont certains sont des « mouroirs », sur l’insuffisance des prestations logement, des prestations précarité, des prestations (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°97 « La Grande Sécu que nous voulons »

Lire aussi

N°97 - avril 2022

MAGAZINE

Le magazine, très riche, aborde d’autres aspects du soin et de la politique de santé et nous permet de comprendre à quel point notre système marche sur la tête. La rubrique Idées donne la parole à …
N°97 - avril 2022

La santé : un fric de malade !

par Thierry Rouquet
Si l’on s’en tient aux propos du locataire de l’Élysée, des personnes refusant de faire l’effort de traverser la rue pour pouvoir s’offrir un costume coûteraient un pognon de dingue à la société ! …
N°97 - avril 2022

Et si on enseignait la Sécu à l’école ?

par Françoise Acker
Si on enseignait ce qu’est la protection sociale au collège et au lycée, comme c’est le cas pour les grandes institutions de notre pays, nous pourrions mieux comprendre son intérêt et nous battre …
N°97 - avril 2022

La santé : une non-priorité de l’État

par Pierre Meneton
Par son action minimaliste, voire inexistante, sur la prévention des principales causes de morbidité et de mortalité et par sa gestion déplorable du système de soins, l’État démontre que la santé n’a …