L’Utopie, c’est pour hier ?

Anne Perraut Soliveres, cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure

L’utopie, c’est comme le bonheur, ça semble inaccessible bien que ce soit là, à portée de main, où il y a toujours un petit quelque chose qui l’empêche d’advenir. Je veux parler de « mes » utopies, celles qui me font lever le matin, celles que j’ai choisi de cultiver pour pouvoir avancer, celles qui sont toujours là, tapies au plus profond de mes envies et qui bougent au gré de mes propres illusions ou désillusions. C’est donc une affaire très personnelle, l’utopie, même si on en partage parfois quelques bribes avec d’autres. Ainsi, pour les miennes, c’est moi qui décide ce qu’elles valent, qui juge comment elles peuvent avancer ou reculer à l’aune de mes propres balancements. Je ne rêve pas d’une espèce de monde idéal auquel il m’est impossible de croire, ni je n’espère de grand soir où enfin nous aurions trouvé le mode de vivre ensemble qui conviendrait à tous. Beaucoup plus modestement, dans mon métier de cadre infirmière, j’aspirais à favoriser de meilleures relations entre les personnes, celles qui soignent et celles qui sont soignées afin que chacun y trouve son compte (et moi aussi). Lorsque je me faisais traiter d’utopiste, c’était une manière de me disqualifier, voire, lorsque je défendais le besoin de temps de rencontres entre soignants, entre patients et soignants, voire lorsque je réclamais du temps pour penser… je m’entendais dire : « Tu n’en as pas marre de nager à contre-courant ? », ce qui me confortait invariablement dans mes convictions. Si le niveau de nos engagements est instable, mouvant, les utopies d’hier, faute d’avoir été réalisées, doivent s’aménager en permanence pour se remobiliser. Ainsi, une partie de mes utopies d’aujourd’hui repose sur le regret de situations passées (pourtant imparfaites…) mais ô combien préférables au désarroi d’aujourd’hui. C’est dire à quel point l’utopie peut être modulable, mais aussi combien ce que nous avons perdu d’humanité, faute d’avoir su la défendre face aux prédateurs, peut déjà cruellement nous manquer.

par Anne Perraut Soliveres, Pratiques N°72, janvier 2016

Documents joints

Lire aussi

N°72 - janvier 2016

Écrire pour partager

par Martin Winckler
Entretien avec Martin Winckler Propos recueillis par Anne Perraut Soliveres et Sylvie Cognard Pratiques : Comment en es-tu arrivé à écrire sur la médecine ? Martin Winckler : J’ai commencé à écrire …
N°72 - janvier 2016

Contre l’oppression managériale

par Patrick Dubreil
L’utopie consiste à revendiquer une nouvelle place des travailleurs reconnus dans leurs métiers, en un mot leur subjectivité.
N°72 - janvier 2016

Utopie, utopie

par Eloi Valat
N°72 - janvier 2016

L’utopie commence par soi-même

par Philippe Nicot
L’utopie est-elle réservée au monde des doux rêveurs qui refont un monde meilleur avec de la pâte à modeler ? L’auteur présente sa conception concrète de l’utopie, qui s’ancre dans sa pratique …