Faut-il attendre que le vase déborde ?

par Anne Perraut Soliveres, Pratiques N°81, mai 2018

Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure Se confronter en permanence à la souffrance des patients et parfois à l’impuissance à la soulager n’est pas sans risque ni dommage. Lorsque s’ajoutent à ces difficultés les conditions déplorables de soin qu’on affronte aujourd’hui, la souffrance s’installe chez une majorité de soignants. S’il est une souffrance invisible, c’est bien celle des infirmières, car à qui pourraient-elles se plaindre lorsque le vase déborde ou qu’elles (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°81 Souffrir ?

Lire aussi

N°81 - avril 2018

Entretien avec Benjamin Becker

par Françoise Acker, Benjamin Becker, Marie Kayser
Benjamin Becker Cadre infirmier Vous travaillez depuis quelques mois dans un nouvel établissement, pourquoi avez-vous quitté le CHU de Grenoble ? J’ai travaillé comme infirmier aux urgences du CHU …
N°81 - avril 2018

La rhétorique du vide

par Sandrine Deloche
Sandrine Deloche Médecin pédopsychiatre Qu’advient-il quand la folie n’est plus considérée donc accueillie comme une souffrance à part entière, mais devient une menace à cadenasser illico ? Sur son …
N°81 - avril 2018

Quels mots pour les maux du travail

par Lionel Leroi-Cagniart
Lionel Leroi-Cagniart Psychologue du travail, Membre du réseau Souffrance et Travail La douleur physique est première sur la longue route de la reconnaissance des maux du travail. La souffrance …
N°81 - avril 2018

Le salut par le symptôme

par Françoise Denan
Françoise Denan Psychologue, psychanalyste à Marseille Depuis Jacques Lacan, qui a réhabilité l’importance du langage non seulement dans la cure analytique, mais aussi pour lire le champ social, la …