Comme dans un rêve

Lanja Andriantsehenoharinala, médecin généraliste

Elle vient avec son père. Ils s’assoient. Je les connais depuis quelques années, je ne sais pas où en est leur demande d’asile depuis le temps. La maman vient d’accoucher d’un petit garçon. Elle, c’est l’aînée : peut-être 11 ou 12 ans. Son père lui laisse la parole. Elle dit : « Je me sens comme dans un rêve ». « Mais tu veux dire à cause du virus ? » C’est un peu confus, je me demande si on parle du confinement ou du déconfinement. Elle répète plusieurs fois cette phrase, avec des larmes qui commencent à perler des yeux. La famille est restée bien sagement enfermée à la maison, comme prescrit par ceux et celles qui décident. À quelles informations a-t-elle eu accès pendant ce temps suspendu, à quelles images parents et enfants ont-ils été confrontés, quel a été le niveau d’angoisse générée, quelles ont été les soupapes actionnées pour ne pas dérailler, est-ce qu’elle est sous l’emprise de la violence ? Je ne sais pas. Je crois comprendre que c’est l’effet « sortie », comme les prisonniers le jour de leur libération. Il y a comme un vertige, celui de l’espace-temps qui bascule du petit à l’élargi. Peut-être que c’est l’effet du réel aussi, comme quand on a passé deux heures dans une salle de cinéma à voir un film, qu’on sort sur les grands boulevards et qu’on voit les gens en vrai.
Je n’arrive pas à explorer tout ça, là en consultation : elle en face de moi, son père à ses côtés. On est trop loin de la salle de cinéma et trop près de la prison. Je fais un truc que j’ai considéré nul après : je rassure sur l’épidémie, la circulation du virus, le nombre de patient.e.s à l’hôpital de Perpignan. Bref, je fais comme la télé. Elle va sûrement ravaler ses états d’âme pour faire plaisir aux adultes pour qui « tout est sous contrôle ». A posteriori, pour me rassurer sur ma fonction de sachant.e, je me suis dit qu’elle était peut-être en état de « déréalisation ». Chouette.

par Lanja Andriantsehenoharinala, Pratiques N°91, novembre 2020

Lire aussi

N°91 - octobre 2020

Pratiques des méthodes somatiques en période de confinement : corps pliés, corps dépliés

par Nathalie Touaty
Nathalie Touaty est praticienne-enseignante certifiée Feldenkrais™ depuis 2004. Master Danse Université Paris 8, D.U « Techniques du corps et monde du soin » Université Paris 8. Elle travaille à …
N°91 - octobre 2020

Recherche en bio génétique par le dessin

par Catherine Vallon
Catherine Vallon, centre hospitalier Les Murets (94) Vous trouverez la version longue et illustrée de l’article en document joint. Jour après jour dans le confinement généralisé, je dessine pour …
N°91 - octobre 2020

Quand une urgence en cache une autre

par Isabelle Tissier
Isabelle Tissier, Psychomotricienne, CH Les Murets (94) Quand une pensée en suggère une autre, parfois il se produit un agencement, une idée, un déplacement, où l’on peut convoquer une communauté en …
N°91 - octobre 2020

La distanciation physique rend fou

par Fethi Bretel
Fethi Brétel, psychiatre En réaction à la pandémie, le confinement des citoyens est décrété en France le 17 mars. En psychiatrie, l’accueil se ferme subitement (tandis que l’hôpital se barricade), …