Violences de la psychiatrie

par Claire Gekiere, Bruno Gravier, Pratiques N°75, octobre 2016

Claire Gekiere et Bruno Gravier, Psychiatres La violence physique, la contrainte par corps, reste une réalité très consistante, quotidienne de la psychiatrie. Mais cette violence, la plus spectaculaire, est enchâssée dans une violence langagière et contextuelle, et de plus en plus judiciaire, voire pénale, insidieuse et désobjectivante. En janvier 2016, la loi de Santé a prévu, dans son vaste fourre-tout, un article pour que les pratiques de contention en psychiatrie soient systématiquement (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°75 Les huis clos de la violence

Lire aussi

N°75 - octobre 2016

Etre révolutionnaire ?

par Pinar Selek
Entretien avec Pinar Selek Propos recueillis par Sylvie Cognard et Anne Perraut Soliveres Être révolutionnaire, dire non, ce n’est pas seulement revendiquer, c’est d’abord être heureux, apprendre à …
N°75 - octobre 2016

Une violence familière

par Franck Chaumon
Franck Chaumon, psychiatre Se rendre sensible à la violence structurale de la médecine et de la psychiatrie, au sens où elle est intrinsèquement liée au métier lui-même, nous permet de mieux …
N°75 - octobre 2016

Le packing est un soin…

par Pierre Delion
Pierre Delion, Pédopsychiatre et psychanalyste, professeur de pédopsychiatrie à la faculté de médecine de Lille et responsable du service de psychiatrie L’enveloppement humide ou packing est une …
N°75 - octobre 2016

Sommaire Pratiques n° 75

Repérer les violences qui s’exercent à l’abri des regards, les comprendre pour mieux les combattre. Idées – Être révolutionnaire ? – Entretien avec Pinar Selek : Page 6 Dossier – La violence …