Une enquête sur la santé mentale en France

Présenté par Philippe Bazin
Artiste photographe et vidéaste

        1. Les Murs ne parlent pas,
        2. Jean-Robert Dantou et Florence Weber, Heidelberg, Kehrer, 2015.

Les Murs ne parlent pas est un livre remarquable publié fin 2015 par le photographe Jean-Robert Dantou et l’anthropologue Florence Weber. Remarquable car la présentation du travail qu’ils ont réalisé conjointement pendant plus de trois ans déploie une esthétique singulière et minutieusement établie, à la fois ouvrage scientifique et plastique.

Remarquable surtout par la qualité de la réflexion sur le sujet que Jean-Robert Dantou engage avec la plus grande modestie. En effet, le photographe, d’abord formé à la photographie à l’École Louis Lumière, puis ayant obtenu un Master 2 en Sciences sociales, développe à travers une étroite relation textes/photographies toutes les questions esthétiques, scientifiques et éthiques qui se posent à un photographe documentaire intervenant dans un milieu médical aussi lourd que le service psychiatrique fermé. Pour ce faire, Dantou ne s’est pas contenté d’obtenir l’autorisation de photographier dans un tel service. Il l’a fait depuis l’intégration d’un séminaire de recherche pluridisciplinaire déployé sur la question de la santé mentale en France. Ce séminaire incluait des anthropologues, juristes, sociologues, etc. et donc un photographe, et était financé entre autres par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie. Ainsi, toutes les questions que la photographie posait aux chercheurs étaient-elles débattues, toutes les questions médicales, éthiques et méthodologiques l’étaient-elles de même, chacun mettant « sur la table » les résultats et l’avancement de son travail de terrain.

Le livre donne accès à toute cette recherche grâce à un cahier final « Documents de recherche ». Mais celui-ci est précédé de trois cahiers qui présentent « Trois dispositifs photographiques pour une enquête en psychiatrie ». Chacun de ces cahiers met en relation les photographies et des textes qui peuvent prendre diverses formes, comme l’entretien entre Florence Weber et Dantou sur les portraits, une narration de l’histoire des patients devant leurs « objets seuils », ou encore un commentaire précis et sans émotion débordante de Dantou dans son journal de travail en service fermé. Ce qui donne d’autant plus de force à ce commentaire liant interrogations personnelles et conceptualisation des problèmes posés au photographe par sa démarche : qu’est-ce qui est photographiable en un tel contexte.

L’ensemble du livre est très convaincant et répond avec une grande pertinence aux questions que se posent souvent les intervenants extérieurs portant un regard précis sur un tel milieu professionnel.


par Philippe Bazin, Pratiques N°78, juillet 2017

Documents joints

Lire aussi

N°78 - juillet 2017

La loi du silence

par Isabelle Busson
Isabelle Busson Un témoignage qui pose les questions éthiques de l’accompagnement d’un proche en état végétatif chronique appelé aussi état pauci relationnel, suite à une réanimation. Ma sœur Gina …
N°78 - juillet 2017

S’engager en santé environnementale

par Michel Nicolle
Michel Nicolle Membre de Réseau environnement santé (RES) et Alerte médecins sur les pesticides (AMLP) Les associations en santé environnementale peuvent jouer un rôle moteur dans l’action publique …
N°78 - juillet 2017

Les leçons du Distilbène

par Marie Kayser
Marie Kayser Médecin généraliste L’exposition in utero aux perturbateurs endocriniens influence-t-elle le neuro-développement et l’émergence de troubles psychiatriques ? C’est la question posée par …
N°78 - juillet 2017

Santé publique et politiques migratoires

par Jean-François Corty
Jean-François Corty Directeur des Opérations Internationales, Médecins du Monde La gestion de l’accueil des migrants en Europe provoque des effets sanitaires et sociaux inacceptables. La crise de …