Pratiques N°34 Autour de la mort, des rites à penser

Qui prend soin des morts ?

« Je continue à croire que ce monde n’a pas de sens supérieur. Mais je sais que quelque chose en lui a du sens et c’est l’homme, car il est le seul être à exiger d’en avoir » Albert Camus

La mort de l’autre est une violence faite aux proches, un non-sens, elle les laisse sans voix, révoltés, avec une énorme douleur. La mort nous renvoie à la vie, à sa fragilité, au sens que nous lui donnons. Nous sommes les seuls êtres vivants à honorer nos morts, témoigner de leurs vies, pour dire combien celles-ci sont précieuses. La société moderne parce qu’elle perd le sens de la vie, ne veut pas voir la mort, ni le deuil, qui sont niés, refoulés, interdits, impensés et privatisés. Les raisons de cette évolution inédite sont multiples : suprématie de la science et de la technique, urbanisation, anonymat, individualisme, économie de marché.

Sous l’effet inéluctable de la médicalisation du champ social, la mort est indéfiniment repoussée et considérée comme un échec de la médecine. Le malade, paradoxalement acteur de cette médicalisation, se laisse déposséder de ses prérogatives concernant sa propre fin de vie ; il meurt le plus souvent à l’hôpital, seul, coupé de son monde familier ou familial.

La question essentielle que pose ce numéro est ancrée dans la vie de tous les jours, du matin jusqu’au bout de la nuit : qui veille les agonisants ? Qui tient la main au moment des derniers râles ? Qui toilette les corps des défunts, dernier rite avant les funérailles ? Qui prend soin des morts ?

Les institutions ? L’hôpital concentre les personnes du "4e âge" et ignore leur isolement culturel et social. L’hôpital se décharge sur les ouvrières du soin et n’entend pas leur souffrance liée à la pénibilité du travail.

Le législateur ? Au détriment de l’exigence de sa mission de service public, il se décharge sur les spécialistes du funéraire qui deviennent les nouveaux officiants du culte des morts. Malgré les chartes éthiques, la marchandisation des corps et des funérailles avance sans vergogne au détriment des conditions de travail des ouvriers du funéraire.

Les familles ? Contradictoires comme est la vie, elles sont emmurées dans un silence coupable, entre le désespoir, l’anéantissement, les pleurs contenus et les pansements voilant l’absence. La famille ? Pour ceux et celles qui en ont encore une... Les soignants ? Passeurs d’humains, ils témoignent d’une partie de leur vie, donnée aux corps des vivants et des morts.

Les auteurs de ce numéro observent nos attitudes de survie face à la mort. Ils se proposent de prendre le contre-pied de l’évolution décrite ci-dessus, en identifiant ce qui existe réellement, les rituels ou le travail ritualisé, ces menus gestes du quotidien qui savent dire l’importance de la vie qui résiste et qui se transmet malgré tout. La société et ses institutions doivent prendre acte de l’évolution des mentalités et de l’appel des acteurs de terrain au respect et à la dignité de toute vie et de tout mort. L’humain a de tout temps pratiqué des rites de vie, jusqu’au bout. Afin de pallier et transcender l’éternelle angoisse de mort, il n’a pas d’autre choix que d’exiger de construire et de sauvegarder sa culture et son humanité.

À NOTER  : La case cochée en vert clair devant les articles indique que celui-ci peut être lu directement sur le site. Ce sont soit des articles en accès libre, soit des versions longues d’articles parus dans la revue.

Sommaire du N°34

Documents joints