Lu : L’engagement du psychanalyste *

Présenté par Elisabeth Pénide
Médecin généraliste

Répondre de sa parole témoigne de l’engagement d’un psychanalyste qui vit avec son temps sans renier mais, au contraire, en met- tant en lumière la part de subjectivité qui est au cœur du destin de l’homme. Et c’est la subjectivité qui va conduire le fil de la réflexion que nous livre Daniel Lemler à travers une série d’interrogations sur la place que notre société réserve à l’hystérie, la per- version et la folie. Leur exclusion de la nosographie du DCM, de la formation des médecins, montre une conception de l’homme maî- trisé et maîtrisant son environnement. Contre cette tentation, et sans tomber dans le travers d’un rejet sans nuance, en mettant en avant la responsabilité individuelle, l’éthique du sujet dans sa radicale singularité, Daniel Lemler nous fait partager ses interroga- tions sur sa pratique de psychanalyste libéral et engagé au cœur d’une équipe de spécialistes des procréations médicales assistées. C’est en s’appuyant sur son expérience, sans oublier qu’il est médecin et psychiatre, qu’il nous invite à barrer la route à la déshuma- nisation en donnant toute sa place à la subjectivité, et à la parole dans le champ médical « pour restituer une dimension humaine à la consultation », en traitant l’homme et non pas une image pathologique, en ne fuyant par la plainte du patient, en se mettant en position d’en saisir le sens et la portée, en se mobilisant pour ne pas laisser l’éthique se dissoudre dans les progrès de la science.
Donnons-nous les moyens de répondre de notre parole !

*Daniel Lemler, L’engagement du psychanalyste, coll. Hypothèses, Ed. ERES.


par Elisabeth Pénide, Pratiques N°53, mai 2011

Lire aussi

N°53 - avril 2011

La liberté d’aller et venir

par Claire Rodier
Au moment où le souffle de la liberté et de la démocratie vient du Maghreb, il est plus que temps de faire de la Méditerranée un espace de partage et de libre circulation entre Nord et …
N°53 - avril 2011

Ouvrir l’espace

par Frédéric Launay
La formation ne se borne pas à faire des « têtes bien pleines ». Un regard critique et sans complaisance sur les pratiques désabusées des plus anciens peut préparer à s’engager pour défendre les valeurs …
N°53 - avril 2011

Quoi de neuf du côté du Medef ?

par Pierre Volovitch
La vraie transformation du système de soins, qui suppose la mise en place de formes d’activités plus coopératives entre professionnels, a besoin d’un débat public, pas de mécanismes de …
N°53 - avril 2011

De l’analyse critique des sigles

par Chantal Masson Verfaillie
Economie linguistique ou « novlangue », les sigles, très utilisés en médecine, requièrent un décryptage et une analyse de leurs perversions.