Le père va mourir… le père est mort

par Brigitte Brunel, Pratiques N°66, juillet 2014

Ça fait dix ans que le père petit à petit s’évapore… Il perd le sens des mots, le sens des choses, le sens du monde… Mais pas ce qui a toujours fait son cœur, son noyau dur : le sens de l’autre, de la rencontre…

Brigitte Brunel, Orthophoniste On dirait même que ce sens-là s’est aiguisé, affiné avec le temps. Il aime les gens, qu’il regarde avec bienveillance. Il se plaît à voir un enfant jouer, à prendre un bébé dans ses bras. Avec le peu de moyens qui lui restent, il sait exprimer son plaisir quand il rencontre un ami, ou même un inconnu qu’il salue, son bonheur quand il retrouve un parent, sa joie d’accueillir son petit-fils dernier-né, sa tristesse lorsqu’il sent une dispute, une tension : (...)

La Revue Pratiques réserve cet article à ses abonnés.

Pour lire la suite, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°66 La fin de vie

Lire aussi

N°66 - juillet 2014

Les lanceurs d’alerte

par Sylvie Cognard
Gardiens de notre démocratie, les lanceurs d’alerte, s’ils sont désormais protégés par des lois, sont-ils pour autant devenus des « intouchables » ? Sylvie Cognard, Médecin généraliste Le …
N°66 - juillet 2014

Mourir : violence et pacification

par Christiane Vollaire
La relégation des vieillards et des mourants, comme discrimination sociale, constitue une surviolence par rapport à la violence naturelle de la mort. Seule la continuité des relations est à même …
N°66 - juillet 2014

Monsieur F. vient de mourir

par Irma Bonnet, Jean-Marc Grynblat, Delphine Lombard, Jacques Vilar
De la difficulté d’accompagner les personnes en fin de vie dans un service de gériatrie, une réflexion d’équipe à quatre voix. Irma Bonnet, aide-soignante, Jean-Marc Grynblat, médecin gériatre, …
N°66 - juillet 2014

Aide à mourir ?

par Marie Kayser
« Je veux mourir, aidez-moi » est un signal de détresse qui doit être décrypté par le soignant, mais aussi entendu par la société. Marie Kayser, Médecin généraliste C’est un homme — mais ce …