20 000 euros par médecin et par an

C’est que ce dépense l’industrie pharmaceutique pour nous faire prescrire du médicament. On le savait déjà, mais le fait de lire ce scandale que nous dénonçons depuis des lustres dans le très officiel « Rapport du Haut Conseil pour l’avenir de l’Assurance maladie » paru le 23 janvier 2004 nous conforte dans nos propositions. Citons in extenso le passage accablant dudit rapport :

« …l’information sur la prescription médicamenteuse reste massivement dominée par les industries du médicament. Cet état de fait est le résultat de deux phénomènes qui se cumulent.
D’un côté l’insuffisance d’organisation et d’investissement de la part des institutions publiques : l’information mise à disposition par les différentes sources publiques (Résumé des caractéristiques du produit, Avis de la commission de la transparence, Fiches de transparence, recommandations de l’AFSSAPS, etc.) est souvent ressentie par les praticiens comme complexe et difficile d’emploi. De même, il n’existe pas de base de données publique, disponible en ligne, sur support informatique, au moment de la prescription.
D’un autre côté, l’effort considérable des industries pharmaceutiques pour la promotion du médicament (évalué à plus de 20 000 € par praticien et par an), appuyé sur une connaissance fine du « profil » de chaque prescripteur et relayé par le nombre très important des visiteurs médicaux (24 000 selon l’Association des directeurs de la visite médicale). La Cour des comptes a attiré l’attention, à de nombreuses reprises, sur la nécessité de développer, dans ce domaine, une information indépendante. »

Quant à nous, nous attendons toujours les mesures simples, efficaces, énoncées depuis des années qui permettront enfin aux médecins d’avoir une information de qualité, en temps utile, indépendante de la pression mercantile des firmes pharmaceutiques. A quand l’interdiction pure et simple de toutes les formes de publicités, parrainages, visites médicales et autres « soutiens financiers » de la part de l’industrie pharmaceutique, toujours très prévenante à l’égard du corps médical pour qu’ils prescrivent leurs produits sans vergogne ? A quand l’indispensable évaluation rigoureuse du service médical rendu pour chaque médicament et qui nous manque pour faire correctement notre métier ? La connaissance précise de la plus-value du service médical rendu d’une molécule par rapport à ses concurrentes nous permettrait de substantielles économies pour l’Assurance maladie. Cette information indépendante, comparative, que nous exigeons d’avoir, avant même la mise sur le marché des produits, incombe aux pouvoirs publics qui négligent scandaleusement ce domaine.

par Patrice Muller, Pratiques N°43, décembre 2008

Documents joints

Lire aussi

N°43 - décembre 2008

FRESQUE HISTORIQUE

par Elisabeth Maurel-Arrighi
De 1972 à 2008, les principaux évènements ayant jalonné les parcours de Pratiques et du SMG : combats syndicaux, combats politiques, faits de société et de santé publique De 1972 à 2008, les …
N°43 - décembre 2008

L’option référent dans ses limites et ses atouts

par Philippe Lorrain
N°43 - décembre 2008

Femme médecin au SMG

par Françoise Gayet
N°43 - décembre 2008

Recette pour la création d’un (petit) îlot d’utopie heureuse

par Patrice Muller
Recette pour faire face à l’océan du commerce de la médecine libérale.