Pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse

La revue Pratiques vous appelle à signer et faire signer autour de vous la pétition « Nous voulons des coquelicots » qui demande l’interdiction de tous les pesticides de synthèse et invite les médecins à rejoindre l’AMLP (Alerte des Médecins sur les pesticides) qui se bat depuis des années pour l’interdiction des pesticides.
Nous vous mettons ci-dessous l’appel aux médecins de l’AMLP


Chère consœur, cher confrère,

L’avenir sera fleuri ou ne sera pas. Souvenez-vous, il y a bientôt 2 mois nous vous faisions part du lancement de l’Appel pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse, « Nous voulons des coquelicots », dont l’AMLP est partie prenante.

Chaque premier vendredi du mois tous les citoyens sont invités à se rassembler devant leur mairie en fin d’après-midi et à répercuter l’Appel, chacun à sa manière. Les médecins aussi y sont les bienvenus.

Les signataires sont à plus de 390 000 aujourd’hui (1er décembre 2018).

Depuis ce début octobre l’AMLP est reconnue association d’utilité publique, ce qui nous réjouit, bien sûr, et nous encourage dans la poursuite de nos actions dont vous pourrez retrouver le détail dans notre newsletter de novembre 2018, sur le site, ici.

Et si vous ne regrettez pas d’avoir signé l’Appel des médecins, vous pouvez le prolonger par votre adhésion, ce qui donnera encore plus de poids, plus de crédit, à nos démarches (formulaire d’adhésion en pièce jointe).
Vous suivez comme nous l’« affaire » du REMERA (Registre des Malformations en Rhône-Alpes).
Le REMERA a repéré un agrégat de malformations congénitales d’un même type, dans un petit périmètre, dans l’Ain. Santé Publique France estime de son côté qu’il n’y a pas de suite à donner à cette publication. Les journalistes n’ont pas manqué d’interroger notre tout nouveau ministre de l’agriculture, Didier Guillaume, sur ce sujet. Dans son interview, le ministre semble laisser croire que la démonstration scientifique des conséquences sanitaires des pesticides se fait attendre. La réaction n’a pas tardé. Un collectif de médecins et de chercheurs vient de signer, dans Le Monde du 29 octobre, une tribune à l’adresse du ministre de l’agriculture (en pièce jointe).
Le Dr Périnaud, au nom de l’AMLP, est cosignataire de cette tribune.

Et si vous n’avez pas encore signé l’appel des coquelicots il n’est pas trop tard.

Espérant vous retrouver à nos côtés,

Bien confraternellement à vous,

Joseph Mazé
secrétaire de l’AMLP


samedi 1er décembre 2018

Documents joints

Lire aussi

Proposition de loi sur le burn-out

21 février 2018
par Alain Carré
L’assemblée Nationale a rejeté, jeudi 1er février 2018, la proposition de loi N° 156 « sur le burn-out visant à faire reconnaître comme maladies professionnelles les pathologies psychiques résultant de …

Études sur les pesticides : un dossier urgent de Santé Publique

8 mars 2017
Le 28 février, l’association AMLP (Alerte des médecins pour les pesticides) a appelé les citoyens à interpeller le Directeur Général de la Santé (DGS) pour lui demander de mettre en œuvre deux études …

Une salariée viticole se mobilise contre les pesticides

6 juin 2014
par Les cahiers de la médecine utopique Pratiques
Marie-Lys Bibeyran, salariée dans la viticulture à Listrac-Médoc, lance un appel pour une réduction de l’exposition des salariés de l’agriculture et des industries agro-alimentaires aux pesticides. Sa …

Pesticides et maladie professionnelle

4 juin 2014
par Les cahiers de la médecine utopique Pratiques
Après l’intoxication d’une employée d’une entreprise de viticulture en Dordogne, et la « faute inexcusable » de son employeur reconnue par la justice (http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/04/11/pest