Hugo

Mardi dernier j’ai pris connaissance du "projet de soin managérial" que la direction des soins voulait m’imposer, j’ai lu dans le Journal International de Médecine que des chercheurs mettaient de grands espoirs dans un éventuel "médicament contre la délinquance", et j’ai vu le "docu-fiction -comme ils disent- « Le cerveau d’Hugo », sur la 2.

Un patient m’en a parlé le lendemain : ce prof de français retraité, féru de théâtre, a été intéressé d’entendre parler de l’autisme, qu’il ne connaissait pas, et y a appris que "Freud était autiste" (il a amagalmé une photo de Freud à l’image lorsqu’il était question de la vanité de l’approche psychanalytique de l’autisme, dans une série, présentée un peu après, de représentations de savants et artistes illustres qui auraient été autistes, eux), et en a retenu la cause génétique.

À ce propos, j’ai toujours été surpris que les parents d’autistes vivent l’approche psycho-dynamique de cette maladie comme une mise en accusation (si certains psy ont sans doute été maladroits, voire bêtes et méchants, ce n’était sans doute pas universel ; et ils n’en ont pas l’apanage : le professeur D-R père aurait dit à la mère d’un enfant autiste que j’ai eu à soigner jeune adulte : "mettez-le à l’assistance publique et faites-en un autre", ce qui n’est certes pas culpabilisant, mais tout de même assez odieux), mais acceptent bien l’hypothèse génétique, comme si du coup l’étiologie ne les concernait plus. Quand c’est les gènes, c’est pas compromettant, mais quand c’est l’inconscient, c’est culpabilisant ; gènes ou inconscient, personne n’a pensé que les parents pourraient avoir volontairement fait de leurs enfants des autistes.

Et les images de parents dans la partie fiction -une mère qui traîne son garçon sur le trottoir, excédée qu’il ne veuille pas aller à l’école, ou lui enlève le gâteau au chocolat par lequel elle le tente, jusqu’à ce qu’il dise « chocolat » pour le lui donner ravie- n’ont pas amené de culpabilité chez les parents présents au débat. Pas plus que celles de ce psy américain qui a passé plusieurs jours paraît-il avec une petite autiste de 3 ans à se battre contre elle pour qu’elle accepte de rester assise sur une chaise. La violence dans les rapports humains ne me paraît pas inconvenante ; elle me semble même parfois nécessaire au respect de l’autre.

Il me semble que les conventions sociales modernes, édulcorées, dénient (au sens analytique du terme : c’est à l’œuvre mais inavoué) la violence et les conflits dans les relations ordinaires, au prix d’un renforcement de ceux-ci, devenant ainsi torpides. On voit très bien ça dans la vie professionnelle : la direction des soins qui impose des "projets de soin managériaux" avec une tranquille assurance et le sourire, s’insurge -« c’est comme ça et pas autrement » en indiquant la direction de la porte si on n’est pas d’accord- lorsqu’on doit hausser le ton pour pouvoir faire entendre quelques remarques critiques voire qu’il est possible qu’on ne soit pas d’accord, qu’on ne parle pas comme ça dans les relations de travail.

Ce docu-fiction m’a semblé permettre de toucher du doigt ce que pouvait être l’existence des personnes atteintes du syndrome d’Asperger, pour ce que je peux m’en représenter. Il présentait quelques "aspis", comme ils s’appellent entre eux semble-t-il, que les "neurotypiques", comme ils appellent les non-aspis, pouvaient trouver attachants, intéressants et différents, sérieux et scientifiques et poétiques à la fois. Mais représentent-ils l’autisme, ou n’en sont-ils pas une frange, intermédiaire entre l’autisme et ce qu’on appelle les dysharmonies évolutives, où font mauvais ménage un génie très focalisé et une stupidité -au sens d’être interdit- pour la vie ordinaire ?

Par contre, dans le débat qui a suivi, le parti pris tranquille et assuré de la vérité scientiste, à la recherche d’un androïde biologique, et la mise au rancard sans aucune forme de procès de l’approche psychanalytique, tentant de se débrouiller avec le manque, m’ont donné le sentiment que j’étais mort -sentiment que j’éprouve au travail depuis quelques mois que la machine managériale s’est mise en route dans l’entreprise hospitalière ici-. Mort ou autiste : isolé, n’ayant plus que le repli et le mutisme pour rester en vie. J’ai pris l’habitude de me balancer avec ma chaise en réunion, probablement pour évacuer l’énergie de l’indignation à retenir, ou pour m’évader. Je crois que bientôt je vais me mettre au flapping.

lundi 3 décembre 2012, par Eric Bogaert

Lire aussi

Fin

11 juin 2015
par Eric Bogaert
Le psychiatre de secteur ne l’est plus. Enfin celui qui écrivait ce journal. Quant aux autres, ils font comme ils peuvent, entre résistance, autisme, et collaboration servile ou volontaire, c’est …

Notes de lecture

25 janvier 2014
par Eric Bogaert
« Quelque part dans la nuit des chiens » de Sandrine Bourguignon éditions Sulliver, 2012, ISBN 978-2-35122-089-4 C’est un roman, une fiction. Claire, psychologue, travaille dans une unité …

Pas si fous. À voir !

8 mai 2013
par Eric Bogaert
« Pas si fou », titre aujourd’hui Libération, à propos de la sortie du DSM-5 dans 12 jours. Il est temps de publier ce texte écrit il y a 2 semaines. Après un long silence -il y a tant à dire, mais …

Allez ! une petite fantaisie.

26 novembre 2012
par Eric Bogaert
Il y a la rue, l’espace public. On ne peut pas y faire ce qu’on veut. Je ne peux pas m’y promener à poil, par exemple. Et ma maison, où je suis chez moi, espace privé. Ou plutôt vacuole d’espace …