Télé-médecine : Ne nous trompons pas de débat !

Nos amis du SMG ont été sollicités pour réagir sur la dernière loi concernant la télémédecine.
La télé-consultation est-elle au cœur de l’actualité sociale, au moment où des millions de citoyens descendent dans la rue pour protester contre la destruction des acquis sociaux des 60 dernières années ? Au moment où le gouvernement fait payer aux citoyens les cadeaux accordés il y a un an aux banques et aux spéculateurs ? Au moment où l’accès aux soins des plus démunis est remis en cause par des attaques sur l’AME, au moment où l’indépendance de la formation médicale est mise à mal par le désengagement de la Sécurité sociale des organismes de formations des médecins, laissant le champ libre aux lobbies de l’industrie pharmaceutique ? C’est à ce moment que le gouvernement trouve le temps pour légiférer et les moyens pour développer la télé-consultation.

Les lecteurs attentifs de la revue « Pratiques » partagent notre intérêt pour le rapport humain, pour la prise en charge globale de la souffrance humaine et auront compris que, quelle que soit la prouesse technologique, cette méthode, ne satisfera jamais le besoin du colloque singulier entre le médecin et le patient. Je ne parle pas de la responsabilité que prendront les médecins qui donneront ces consultations en cas de décès ou accident grave. Autant, alors, que des machines répondent directement aux consultants. Un procès contre une machine ne risque pas de provoquer de suicide chez les médecins !

Plus sérieusement, la survenue de ce débat sur la télémédecine, juste au moment du vote de la loi injuste sur les retraites, comme la réapparition (par coïncidence !) de la menace terroriste ou encore le débat sur l’identité nationale, sont des contre-feux en trompe l’œil lancés par les pompiers pyromanes du gouvernement : façon d’amuser ainsi les citoyens et les journalistes avec de pseudos innovations, les empêchant pendant ce temps de réfléchir et, pour ces derniers, d’analyser dans leurs écrits, l’évolution délétère de notre système de santé et, plus généralement, de notre protection sociale.


jeudi 11 novembre 2010

Lire aussi

Âme(s) à vendre ! (3)

17 octobre 2022
par Eric Bogaert
Actualité du 6 septembre 2022 : Juste avant l’AG du 5 septembre, tombait l’information que le propriétaire de la clinique était entré en « négociations exclusives » avec la Fondation L’Élan retrouvé pour …

La politique de l’autisme en France ou le retour tragique de la ligne Jdanov – Dépasser la haine.

10 août 2022
par Pierre Delion
Pierre Delion, psychiste J’ai longtemps hésité à écrire ce que vous allez lire, tant les préjugés actuels sont enracinés dans une doxa d’apparence scientifique qui n’admet aucune contestation : …

Âme(s) à vendre ! (2)

5 août 2022
par Eric Bogaert
Actualité du 05/08/2022 : La création de la SCIC clinique de Chailles « La Chesnaie » devrait être votée lors de l’assemblée générale extraordinaire (AGE) de transformation de l’association « Les Ami·e·s de …

Les psychologues dans la toile d’araignée des nudges du gouvernement

3 août 2022
par Roland Gori
Suite à l’enquête du Manifestepsy quant au changement de code NAF * des psychologues les incitant à se placer sous tutelle médicale Roland Gori a réagi par le texte suivant. Roland Gori …