Le travail de nuit : l’oublié de la réfome des retraites

Le Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateurs Elargi (SNPAHRE) vient de diffuser un court texte, bien documenté, concernant la pénibilité du travail de nuit.
Une distinction nécessaire y est clairement faite entre les effets à long terme de ces conditions particulières de travail, et leurs effets immédiats (handicaps, maladies professionnelles).
On ne peut qu’être frappé par les taux de morbidité qui dépassent le double de ceux observés chez les travailleurs de jour, et cela pour un large spectre de maux allant de l’ulcère gastrique au cancer de la prostate, en passant par le diabète et l’infarctus du myocarde.
On comprend mieux alors à quel point le gouvernement est loin du compte pour ce qui est de la prise en compte de cette situation dans le cadre de la réforme des retraites.
Une bibliographie détaillée, à la fin du document, se révèle une mine pour le chercheur.

vendredi 27 août 2010


ce texte nous a été transmis par le syndicat Sud Santé

Documents joints

Lire aussi

Proposition de loi sur le burn-out

21 février 2018
par Alain Carré
L’assemblée Nationale a rejeté, jeudi 1er février 2018, la proposition de loi N° 156 « sur le burn-out visant à faire reconnaître comme maladies professionnelles les pathologies psychiques résultant de …

Instruire cliniquement les déterminants de la Souffrance au travail

30 juin 2017
par Dominique Huez
http://www.sante-et-travail.fr/page...

Travail de nuit, le fléau d’une société d’exploitation

16 octobre 2014
par Patrick Dubreil
« Nous sommes passés de ma conception attentive au bien-être de chacun à une conception tayloriste des tâches. » Anne Perraut-Solivères, Infirmières, Le Savoir de la nuit, Le Monde, PUF, 2001. Survenue …

Non à une réforme des retraites sexiste

7 novembre 2010
Un recul pour les femmes, de plus en plus dépendantes et précarisées.