Le travail de nuit : l’oublié de la réfome des retraites

Le Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateurs Elargi (SNPAHRE) vient de diffuser un court texte, bien documenté, concernant la pénibilité du travail de nuit.
Une distinction nécessaire y est clairement faite entre les effets à long terme de ces conditions particulières de travail, et leurs effets immédiats (handicaps, maladies professionnelles).
On ne peut qu’être frappé par les taux de morbidité qui dépassent le double de ceux observés chez les travailleurs de jour, et cela pour un large spectre de maux allant de l’ulcère gastrique au cancer de la prostate, en passant par le diabète et l’infarctus du myocarde.
On comprend mieux alors à quel point le gouvernement est loin du compte pour ce qui est de la prise en compte de cette situation dans le cadre de la réforme des retraites.
Une bibliographie détaillée, à la fin du document, se révèle une mine pour le chercheur.

vendredi 27 août 2010


ce texte nous a été transmis par le syndicat Sud Santé

Documents joints

Lire aussi

Suivi de la crise liée au Covid19

24 juin 2020
par Jessica Guibert
Jessica Guibert, médecin généraliste au village 2 santé à Echirolles, accepte de partager avec nous le résultat de ses recherches quotidiennes d’informations médicales et scientifiques sérieuses et ses …

« Ségur de la santé » : le cercle de la raison sanitaire

3 juin 2020
par Frédéric Pierru
Frédéric Pierru Sociologue « C’est curieux, chez les marins, ce besoin de faire des phrases. » Michel Audiard, Les Tontons flingueurs. Le pouvoir macroniste recourt, depuis son accession au trône de …

Les accidents de la vie

1er février 2020
par Elisabeth Pénide
Ce dossier porte sur les « Accidents de la vie ». Élaboré par le Docteur Élisabeth Pénide, ce document de 62 pages se veut un guide pour le médecin soucieux de traverser sans encombre le maquis …

En 2020, un audacieux et honnête Homme

29 décembre 2019
par Eric Bogaert
Éric Bogaert Psychiatre de secteur retraité J’ai lu dans Libération, le 27 décembre 2019, une chronique épatante, signée par Aurélien Barrau (professeur à l’université Grenoble-Alpes, astrophysicien au …