Le travail de nuit : l’oublié de la réfome des retraites

Le Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateurs Elargi (SNPAHRE) vient de diffuser un court texte, bien documenté, concernant la pénibilité du travail de nuit.
Une distinction nécessaire y est clairement faite entre les effets à long terme de ces conditions particulières de travail, et leurs effets immédiats (handicaps, maladies professionnelles).
On ne peut qu’être frappé par les taux de morbidité qui dépassent le double de ceux observés chez les travailleurs de jour, et cela pour un large spectre de maux allant de l’ulcère gastrique au cancer de la prostate, en passant par le diabète et l’infarctus du myocarde.
On comprend mieux alors à quel point le gouvernement est loin du compte pour ce qui est de la prise en compte de cette situation dans le cadre de la réforme des retraites.
Une bibliographie détaillée, à la fin du document, se révèle une mine pour le chercheur.

vendredi 27 août 2010


ce texte nous a été transmis par le syndicat Sud Santé

Documents joints

Lire aussi

Covid-19 et échec de la « machine à soigner »

11 juillet 2021
par Frédéric Pierru
Frédéric Pierru Chercheur en sciences sociales et politiques CNRS CERAPS-Université de Lille Chercheur associé au LISE - Conservatoire National des Arts et Métiers Membre du Comité scientifique de …