La loi protège le citoyen, lequel ? par Didier Ménard

Un malade schizophrène fait une fugue de son hôpital, il tue d’un coup de couteau un passant. C’est terrible de penser que l’on peut rencontrer sur son chemin une personne malade qui peut vous tuer. Le président Sarkozy réunit les ministres concernés et exige une loi pour réformer l’hospitalisation en psychiatrie. Connaissant la politique du gouvernement depuis ces dernières années, cela veut dire une loi qui enferme davantage. Le problème est complexe et nous savons que ce n’est pas la loi qui va résoudre le problème du suivi des malades schizophrènes. Mais il faut bien faire croire que le président et la loi protègent le citoyen.

Une femme sans papier est atteinte d’une maladie grave. Elle a déjà été hospitalisé pour cette maladie. Comme elle sans papier, elle ne peut travailler, elle est hébergée par un de ses concitoyens. Comme elle a donné cette adresse lors de sa dernière hospitalisation, et comme elle ne peut payer le forfait hospitalier, le service de recouvrement de la dette réclame l’argent au locataire, qui lui menace la femme de ne plus l’héberger si elle retourne à l’hôpital. Son état s’aggrave, elle finit par voir un médecin, mais il est trop tard, elle meurt dix jours après.

Ce sont des lois du gouvernement actuel qui ont conduit à cette dramatique situation. Il faut donc que le président Sarkozy, réunisse les ministres concernés pour « préparer sans délai une réforme en profondeur » (ce sont les mots du président) pour que les citoyens sans papiers ne meurent plus faute de soins.

Didier Ménard
Médecin généraliste

mardi 18 novembre 2008

Lire aussi

Halte à la destruction des associations de proximité !

24 novembre 2017
par Didier Ménard
Docteur Didier Ménard Président de l’ACSBE Le mal se répand au Franc-Moisin À la suite de l’arrêt du renouvellement des emplois aidés, l’Association des Femmes du Franc-Moisin (AFFM) est contrainte …

Une histoire simple d’exclusion sociale, par Didier Ménard

25 septembre 2008
Le parcours de soin frappe encore : une femme mise en arrêt maladie par un spécialiste hospitalier perd des indemnités journalières car ce n’était pas son médecin traitant. La Caisse d’Assurance Maladie …

Le billet d’humeur : Attention à la mauvaise note, par Didier Ménard

16 mars 2008
Ainsi donc, ils ont osé se lancer dans cette aventure, noter son médecin sur Internet. Il est évident qu’Internet permet la transgression d’une règle qui voulait jusqu’ici que le respect dû au médecin …

Le billet d’humeur : Le fantasme du faux malade, par Didier Ménard

9 janvier 2008
Il est certain qu’au moment où la pensée dominante est de nous faire croire qu’il faut travailler plus pour gagner plus, nous autres médecins qui stoppons le travail pour cause de maladie, ramons dans …