Jacqueline Fraysse, députée, écrit au directeur général de l’AP-HP

La députée de Nanterre s’inquiète de la diminution de l’offre de soins en matière d’IVG dans son département et en Ile-de-France

Suite à la suppression d’un poste médical au centre d’IVG de Colombes, Jacqueline Fraysse, députée de Nanterre dans les Hauts-de-Seine, écrit à Benoît Leclercq, directeur général de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris pour lui faire part de son inquiétude face aux suppressions de moyens des centres d’IVG, dont celui de Colombes, situé dans son département.
Elle rappelle que l’iVG médicamenteuse en ville n’est pas à la portée de toutes les femmes, non seulement en raison des délais où elle doit être pratiquées, mais aussi pour des raisons financières, le tiers payant n’étant pas possible en cabiniet libéral pour cet acte.
Elle rappelle le rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales qui relève les obstacles rencontrés par les femmes pour obtenir leurs IVG, et ses recommandations, plutôt bien remplies par le centre d’IVG de Colombes.
Sa préoccupation concerne aussi les fermetures récentes des centres d’IVG des hôpitaux Broussais, Jean Rostand et Tenon ainsi que les menaces planant sur les centres de Bobigny et Poissy.

dimanche 4 avril 2010

Documents joints

Lire aussi

Journal d’épidémie

14 août 2020
par Benoit Marsault
Benoît Marsault, Psychiatre Heureusement que de journal, il n’y en a pas que de « télévisé »… Lundi 16 mars 2020 Hier s’est tenu le second tour des élections municipales. Il a fait très beau, « les …

Quelques éléments de réflexion pour Pratiques

21 juillet 2020
La rédaction partage avec ses lecteurs fidèles ou occasionnels ces liens vers les nombreuses contributions d’auteurs qui nourrissent son travail et l’aident à penser. Nous ne relayons que les articles …

Suivi de la crise liée au Covid19

24 juin 2020
par Jessica Guibert
Jessica Guibert, médecin généraliste au village 2 santé à Echirolles, accepte de partager avec nous le résultat de ses recherches quotidiennes d’informations médicales et scientifiques sérieuses et ses …

J’ai décidé de démissionner, car ce que je fais n’est plus éthique.

23 janvier 2020
Pr Agnès Hartemann, Cheffe du service de diabétologie à l’hôpital de la Pitié. « Le cauchemar a commencé quand on a commencé à nous dire : « Il va falloir que vous produisiez du séjour », alors qu’on …