Cela nous concerne !

Nous sommes tous concernés par le projet de Loi sur la réforme du Code du travail.

Nous les soignants, parce qu’à nos consultations, nous voyons trop l’expression de la souffrance au travail. Pas seulement les troubles musculo-squelettiques, et les accidents du travail, mais aussi la souffrance résultant de l’obligation d’atteindre les chiffres, d’être performant (alors qu’est niée la compétence du salarié), et du rythme fou pour toujours produire plus.

Devenir un individu performant, productif, mais, en plus, jetable si on ne fait plus l’affaire ne peut être que destructeur. Cette destruction ronge le corps et l’esprit, le symptôme se répand et provoque la détérioration psychique pouvant conduire à l’irréparable.

Nous ne pouvons pas seulement répondre à cette détresse que par le médicament qui endort provisoirement la souffrance et abruti l’esprit. Notre projet thérapeutique doit être de rejoindre la lutte pour défendre la dignité de tous, et d’abord, celle de nos patients devenus de simples agents de productivité.

Qui pourra vivre serein quand pèsera, en permanence, le risque de la perte de l’emploi parce que l’entreprise va mal ; qui pourra s’épanouir dans son travail quand la crainte envahira l’entreprise et que chacun souhaitera que c’est sur l’autre, le collègue, que s’abatte la sentence. La maladie ne pourra que s’étendre, nul salarié ne sera à l’abri.

Ceci ne relève pas du fantasme, c’est la narration quotidienne qui est faite dans nos lieux de soins. Et bientôt nous ne pourrons plus appeler à l’aide nos confrères de la médecine du travail, sa disparition est prévue par la Loi !

C’est ce gouvernement qui est malade, son cancer antisocial se développe, les métastases se répandent. La question de la thérapeutique est posée : traitement curatif ou traitement palliatif ? Son espérance de vie est comptée, mais la maladie antisociale peut encore faire des dégâts. Il est donc temps de s’unir pour terrasser le mal.

mercredi 2 mars 2016, par Didier Ménard

Lire aussi

Halte à la destruction des associations de proximité !

24 novembre 2017
par Didier Ménard
Docteur Didier Ménard Président de l’ACSBE Le mal se répand au Franc-Moisin À la suite de l’arrêt du renouvellement des emplois aidés, l’Association des Femmes du Franc-Moisin (AFFM) est contrainte …

L’ouvrier malade, mon ennemi

5 juin 2013
par Didier Ménard
Billet d’humeur : L’ouvrier malade, mon ennemi Quand je l’aperçois dans la salle d’attente du cabinet médical je suis toujours gêné et inquiet. Que va-t-il encore m’annoncer comme mauvaises nouvelles. …

Oser le changement : c’est oser faire des choix

12 octobre 2012
par Didier Ménard
Par définition quand il faut changer un système il est difficile de contenter tout le monde, c’est le B à BA de la politique. La négociation conventionnelle sur les dépassements d’honoraires est un bon …

Au delà des mots

23 février 2010
Monsieur Saout a eu tort. Dire que les médecins utilisent les indemnisations données par l’assurance maladie pour s’équiper en informatique et télé-transmettre les feuilles de soins pour offrir à leurs …