SASPAS : La course aux C…

Ambiance morose, je suis dans un SASPAS [1] ou je fais du 35 Consultations par jour (en pratique je vois encore plus de patients que ça) ça fait 10 à 15 minutes par Consultation payée.

À ce débit, il n’y a pas de patients il n’y a que des C. Les C du centre municipal de santé sont souvent de grands exclus, qui ne comprennent rien à leurs ordos rédigées en français. On s’en tape, car pour l’explication, ceux qui souvent n’ont pas la chance d’avoir des droits sociaux, réemprunteront 3 euros à droite et 20 à gauche pour produire une C de plus sur mon planning. Enfin si ils patientent, car j’ai des rendez-vous bookés sur 15 jours, et aucun espoir de ralentissement de ce rythme infernal… Dixit le maitre de stage : « C’est moi qui t’évalue, et ça n’est pas l’esprit du SASPAS qu’un interne refuse de s’adapter… » Haarg !!

Pas le temps de demander l’avis de mon maitre de stage ou de prendre du recul. Je suis rincé en rentrant chez moi. Mon travail consiste en la recherche de signes de détresse vitale, puis d’un prétexte pour benner mes C au spécialiste, je n’examine jamais un C plus d’une minute. Je ne cherche pas à soigner mais à mettre dehors en vitesse, peu importe les traitements et examens prescrits, le suivi de mes C et leurs problèmes intacts…

À défaut d’apprendre quoi que ce soit, j’aurais réussi à ESCROQUER les C qui passent devant moi. Je vis mal de collaborer a arnaquer les C les plus pauvres, ceux qui ne se plaignent pas car ils ne peuvent pas. J’en ai marre de cette médecine de C…

Antonin MATHIEU
interne de TCEM3 à Créteil.


En réalité la vie n’est pas si morose et je ne déprime pas complètement car je suis a mi-temps chez un autre médecin généraliste qui me donne le recul et l’oxygène pour tenir, J- 45 avant la fin des études.

mardi 14 octobre 2014, par Antonin Mathieu


[1Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée.

Lire aussi

13 janvier : Conférence de presse du Formindep sur le classement des facs de médecine en fonction de leur indépendance

7 janvier 2017
Le SMG, qui s’est toujours mobilisé pour l’indépendance au niveau de la formation et de l’information et pour l’indépendance dans l’exercice du métier face aux lobbies pharmaceutiques, relaie cette …

Décontractez-vous…

30 novembre 2014
par Martine Lalande
L’examen gynécologique est une épreuve particulière, et la plupart des femmes ne l’apprécient pas. Mais il faut bien le faire, n’est-ce pas, et l’apprendre aux étudiants qui, même s’ils l’ont expérimenté …

Le bout du nez, les lèvres et le partage du savoir

17 novembre 2014
par Elisabeth Maurel-Arrighi
Avant d’être publié dans le prochain Pratiques (n° 68), cet article a été lu par le Comité de Rédaction dont certains membres ont fait des commentaires. Il y a quelque chose que j’aime bien faire et …