S.O.S. : Appel pour sauver la médecine générale !

Généralistes en colère : excédés par la dégradation de leurs conditions matérielles de travail, indignés de voir l’accès aux soins réduit chaque jour davantage pour les populations les plus démunies, comme pour l’ensemble des Français, victimes de mesures administratives vexatoires entendant leur dicter leur pratique professionnelle au mépris des besoins de santé de leurs propres patients, des médecins lancent cet appel à sauver la médecine générale.
Pratiques a décidé de soutenir cette initiative et invite ses lecteurs, médecins généralistes, à prendre connaissance de l’appel, puis le signer sur le site dédié.

Il faut sauver la médecine générale ?

Au moment où la médecine générale va passer sous le contrôle des structures de l’Etat que sont les Agences Régionales de Santé, au delà de nos divergences, de nos sensibilités différentes, médecins généralistes, nous lançons un appel pour sauver la médecine générale.

Dans un contexte où les services offerts au publics sont mis en péril, le travail de prévention et de soins de proximité exercé par les médecins généralistes est gravement menacé par :

L’aggravation des difficultés d’accès aux soins liée à la multiplication des taxes qui frappent la maladie. La baisse de la prise en charge par l’Assurance maladie solidaire s’accompagne d’un transfert vers les mutuelles et assurances privées et d’une augmentation du reste à charge pour les patients.
Or nous savons que nous ne pouvons exercer correctement notre métier de médecin généraliste sans une bonne protection sociale pour tous nos patients.
La normalisation des pratiques professionnelles : la qualité des soins revendiquée par tous ne doit pas devenir un prétexte pour transformer notre exercice médical en mode d’emploi technique uniformisé et déshumanisé. Nous défendons des pratiques professionnelles qui sont adaptées aux réalités que nous rencontrons, nous refusons le diktat des protocoles soumis à la rentabilité économique.
Notre liberté c’est de pouvoir construire avec nos patients un accompagnement pour leur permettre d’atteindre un « mieux être ». Nous n’exerçons pas nos choix en fonction des intérêts économiques des financeurs mais de la nécessité médicale. Nous avons besoin d’une formation et d’une information totalement indépendantes.
Les contraintes administratives vexatoires qui s’abattent sur la profession. La non revalorisation et non-reconnaissance de notre travail, la marginalisation de nos missions de santé publique (cf. épidémie de grippe A), éloignent de plus en plus de jeunes médecins de la médecine générale, et ceux qui l’exercent souhaitent de plus en plus la quitter. Que sera demain l’offre de soins s’il n’y a plus de médecins généralistes ?
Nous avons besoin de travail en concertation et en coordination, de changement dans nos conditions d’exercice, d’une évolution dans nos pratiques et dans nos modes de rémunération.

Plus les gouvernements affirment que le médecin généraliste est le pivot du système de santé plus celui ci est mal traité. Cela ne peut plus durer.

Nous lançons cet appel auprès de tous les médecins généralistes qui croient qu’il est encore possible de faire vivre une médecine générale au service de la population, dans un exercice reconnu et respecté, avec un accès aux soins facilité et solidaire.

lundi 25 janvier 2010


Voir en ligne : Pour signer, aller sur le site dédié

Lire aussi

Roundup® : 10 milliards d’indemnisation mais la commercialisation continue

29 juin 2020
par Marie Kayser
Marie Kayser Médecin généraliste Bayer vient de conclure un accord pour indemniser des plaignants américains souffrant d’un cancer qu’ils attribuent au Roundup®, herbicide à base de glyphosate. Le …

Un premier stage de médecine générale

13 novembre 2011
Ce stage s’est déroulé au sein du cabinet de groupe auquel appartient le Dr Martine Lalande, qui a réalisé l’interview de sa stagiaire, Morgane Aillet, dans le cadre de la réalisation du numéro 55 de …

Cible nouvelle de l’offensive néolibérale, la médecine du travail résiste : appel de 500 médecins et contrôleurs du travail.

8 mars 2010
Dans son N° 47, Pratiques traite de la violence faite au travail. Voici que les pouvoirs publics, dont le rôle devrait être de protéger les salariés dans un souci de santé publique, partipent, à …

Le SMG (Syndicat de la Médecine Générale) : un espace de libre parole.

28 novembre 2009
L’actualité ne manque pas qui aurait pu justifier qu’un Edito lui soit consacré : la loi sur le financement de la Sécurité sociale et ses 30 milliards de déficit, actuellement en discussion à …