Rouge baiser

Paru dans Pratiques n°6 « Sexe et médecine » - avril 1999

J’ai soigné autrefois un très, très vieux couple. L’un d’eux, lui ou elle, je ne sais plus, m’avait confié dans un sourire teinté de regret « qu’ils ne s’emmêlaient plus guère ».

Elle s’est éteinte la première. On m’avait alors appelée en urgence et c’est moi qui lui avais fermé les yeux. En quittant cet homme qui venait de perdre sa femme, je l’avais bien sûr embrassé.

Ensuite, j’ai continué. Un jour, par hasard, j’avais mis du rouge à lèvres qui a laissé une marque sur sa joue. Cela devint un rituel que nous avons observé à chacune de mes visites.

Aujourd’hui, a posteriori, je comprends pourquoi : ce registre de la séduction, qui me paraissait utile et bénéfique, l’était parce qu’il portait le souvenir de sa femme, aimée, disparue, que j’avais aussi tenue dans mes bras. En donnant vie à la mémoire de l’absente, mon rouge à lèvres avait tenté de s’interposer entre la mort qui s’approchait de lui.

Mais à l’époque, je ne l’aurais pas formulé ainsi. Tout ce que je savais, c’était que j’étais avec lui dans le mouvement de la vie.

dimanche 5 octobre 2014, par Elisabeth Maurel-Arrighi

Lire aussi

Fantasmes autour d’une invasion de bébés à Mayotte

15 mars 2018
Retour sur des chiffres trop souvent manipulés Périodiquement depuis plus de dix ans les mêmes fantasmes, largement diffusés, refont surface sur ce thème. Cet article vient du site mom – migrants …

Vignette clinique sur les méfaits de l’échelle de douleur

26 février 2018
par René Fiori
Une évaluation chiffrée de la douleur qui peut tuer ! Contre une métaphore parlante, et déterminante pour un diagnostic médical d’urgence, et qui peut sauver ? J1 le soir Mme X prend sa douche. …

« Petit… deviendra grand » - Accompagner l’autonomisation de l’enfant ?

4 août 2015
par Alain Quesney, Marie Vaillant Godallier
« Adieu, vous que j’aimais. Ce n’est point ma faute si le corps humain ne peut résister trois jours sans boire. Je ne me croyais pas prisonnier des fontaines. Je ne me soupçonnais pas une aussi courte …

En consultation, par Martine Devries - Pratiques N°25

13 juin 2010
par Martine Devries
Aborder l’alimentation en consultation de médecine générale, c’est souvent le prétexte pour parler de difficultés complexes, touchant à l’image de soi-même, au plaisir, à la culpabilité. Aider la personne …