Refusons de ficher et d’être fiché.e.s

La crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus est grave et elle va peut-être durer : deux bonnes raisons pour refuser le fichage des personnes porteuses de coronavirus et de leurs proches [Voir ci-dessous], que le gouvernement veut mettre en place dans la précipitation du déconfinement, et pour demander une vraie politique de santé publique.

Le Syndicat de la médecine générale dans un communiqué de presse [1] : « Soigner n’est pas ficher, l’éthique médicale n’est pas à vendre » appelle :

« ... les professionnel·le·s mais aussi les patient·e·s, et tous les citoyen·ne·s,

- à refuser cette pratique de fichage indigne qui porte atteinte à l’éthique professionnelle et qui, en dégradant la confiance qui existe entre les soigné·e·s et les soignant·e·s, risque d’aggraver la situation sanitaire au lieu de l’améliorer.

- à promouvoir, dans le cadre de cette épidémie de Covid, une véritable politique de santé publique respectueuse de l’éthique professionnelle et s’appuyant sur la capacité des citoyen·ne·s à prendre en charge leur santé... »


L’Assurance maladie n’a pas attendu que soit discuté en conseil des ministres « le projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire » pour adresser un courrier aux médecins [2]. Elle leur demande, contre rémunération, d’enregistrer à partir du 11 mai sur une plate forme numérique dénommée « contact Covid » les coordonnées complètes des personnes porteuses du virus, de celles vivant à leur domicile et de leurs contacts proches.

Ni ce courrier, ni le projet de loi [3] qui est discuté cette semaine au sénat puis à l’assemblée ne mentionnent la nécessité du consentement des personnes au recueil de ces données. Au contraire, le projet de loi bafoue le secret médical en prévoyant que ces données pourront « être partagées, le cas échéant sans le consentement des personnes intéressées ».

Pourtant, il n’est nul besoin de recueil de données nominatives pour suivre une épidémie, les modalités de recueil des maladies à déclaration obligatoire (méningite, tuberculose, et même peste !), pourtant en partie dérogatoire au secret médical, sont là pour le prouver [4]


lundi 11 mai 2020

Lire aussi

Atelier de travail et de réflexion démocratique et populaire pour la refondation du service public hospitalier

22 septembre 2020
Première rencontre de lancement Le 10 octobre 2020, à l’AERI, 57 rue Étienne Marcel, Montreuil Ouvert à toutes et tous, sur inscription ici  Alors que le Ségur de la santé s’achevait sur une note …

Être aux ordres ne fait pas partie des vœux de la psychiatrie publique

5 janvier 2018
L’Union Syndicale de la psychiatrie (USP) et le Syndicat des Psychiatres des hôpitaux (SPH) viennent de sortir un communiqué de presse commun pour dénoncer le rôle que l’état veut faire jouer aux …

Payer plus pour être soigné moins : ça suffit !

28 octobre 2010
communiqué du Collectif national contre les franchises, pour l’accès aux soins partout et pour tous, et pour une sécurité sociale solidaire

Mardi ça fait désordre : Eve ne veut plus être une pomme ! le 11 mai, quai de Jemmapes, Paris, 75010

12 mai 2010
L’equipe de « Mardi ça fait desordre » fait sa soirée du 11 mai sur la résistance des femmes « Eve ne veut plus être une pomme », où on évoquera entres autres Marie-Dominique Arrighi, avec Daniel Kenisberg …