Être aux ordres ne fait pas partie des vœux de la psychiatrie publique

' />

L’Union Syndicale de la psychiatrie (USP) et le Syndicat des Psychiatres des hôpitaux (SPH) viennent de sortir un communiqué de presse commun pour dénoncer le rôle que l’état veut faire jouer aux établissements psychiatriques dans le renvoi des étrangers sans papiers hospitalisés en établissements psychiatriques.

Certaines ARS viennent de donner l’instruction aux établissements psychiatriques de faire signer sous contrôle des cadres de santé, pour une transmission aux préfectures, les notifications d’obligations de quitter le territoire pour des patients hospitalisés sous contrainte.

Cette collusion entre des agences chargées de la santé et des décisions de police intérieure est déjà regrettable, mais l’utilisation des hospitalisations en SDRE pour repérer et contrôler des personnes non désirées sur le territoire, est très inquiétante. La consigne donnée aux personnels soignants de devenir des agents administratifs pour le compte du Ministère de l’Intérieur est de plus inacceptable.

Irrémédiablement placée entre le marteau et l’enclume, la psychiatrie publique, toujours suspecte pour l’opinion de jouir d’un excès de pouvoir, doit d’un côté mettre fin aux mesures sécuritaires, et devrait de l’autre, devenir auxiliaire de la (non) politique d’immigration, en faisant fi de l’état psychique des patients dont ils ont l’obligation de s’occuper et abandonner toute référence à la déontologie médicale et à l’éthique des soins.

De telles instructions mettent fin à l’illusion que la loi de 2011 serait bien la loi sanitaire équilibrée comme l’ont vanté les réformateurs, ce que dément le maintien de l’intervention des préfets dans les décisions de sorties des patients.

L’USP et le SPH n’ont pas l’intention de collaborer à de tels mélanges des genres : il est indispensable de définir les espaces d’intervention respectifs entre Ministère de l’Intérieur et Ministère de la Santé dont relève, jusqu’à preuve du contraire, la psychiatrie française.

Puisqu’il est demandé par ailleurs à la psychiatrie de mieux se couler dans les modèles médicaux, l’USP et le SPH en appellent à la Ministre de la Santé pour faire annuler ce type de directives.

À Lire aussi.


Union Syndicale de la Psychiatrie
52 rue Gallieni, 92240 Malakoff
Tél. : 01 46 57 85 85 – Fax : 01 46 57 08 60
uspsy@free.fr – www.uspsy.fr


vendredi 5 janvier 2018

Documents joints

Lire aussi

XXXIIIes Journées de Psychothérapie Institutionnelle

12 septembre 2019
Jeudi 17 et Vendredi 18 Octobre 2019 à Marseille IFSI La Blancarde – 59 rue Peyssonnel – 13003 Marseille Les soins en psychiatrie : du désir de soigner à la recherche du sens des soins Voilà un …

Communiqué de la fédération nationale SUD Santé Sociaux

3 juin 2019
De la Psychiatrie vers… La Flichiatrie ! Sous prétexte de prévention de la radicalisation, Édouard Philippe, Premier ministre et Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé ont signé le 6  …

Rencontre débat : Où va la psychiatrie ? & Réhumaniser le soin en psychiatrie et ailleurs… Pratiques 84 et 85

31 mai 2019
Ces deux numéros (84 et 85) de la revue Pratiques ont pour ambition d’alerter sur la destruction de pans entiers de la psychiatrie, en particulier de secteur, mais aussi de tous les autres champs …

Journée nationale de la psychiatrie, le 22 janvier à Paris

14 janvier 2019
La revue Pratiques s’associe à l’appel à manifestation le 22 janvier à Paris pour la journée nationale de la psychiatrie : rendez-vous à 11 heures, place de la République. Cet appel a été lancé par les «  …