Rapport Barèges sur l’accouchement sous X

un révélateur du primat du lien biologique sur le lien social et affectif

L’accouchement sous X risque-t-il d’être remis en cause, alors que pour les femmes qui choisissent cette solution, le droit au secret est prévu par la loi ?

Le Planning Familial est extrêmement inquiet sur le devenir des lois encadrant l’accouchement
secret, dit « accouchement sous X ».
Il sera vigilant quant aux dispositions qui pourraient être mises en oeuvre à la suite du rapport
de la députée du Tarn et Garonne modifiant ce dispositif pour mettre en place un accouchement
dit « dans la discrétion ».

Il ne s’agit pas en effet d’une légère inflexion de la loi comme pourrait le traduire le vocabulaire
(passage de « l’accouchement secret » à « l’accouchement dans la discrétion »), mais bien de la
remise en cause d’un droit fondamental des femmes et de la protection des enfants.

L’accouchement sous X est aujourd’hui en France très strictement encadré par les lois de
janvier 1993 et juillet 1996, complétées par la création du CNAOP (janvier 2002).
Ce dispositif permet en effet, même si c’est de manière imparfaite, de respecter la volonté de la
mère sans nier les attentes de l’enfant.

Le Planning Familial rappelle que l’accouchement sous X est pour certaines femmes l’ultime
solution, surtout aujourd’hui dans un contexte où l’accès à l’IVG devient de plus en plus difficile.

Souhaitons-nous comme au VIIIè siècle en Italie, au XIXè siècle en France ou aujourd’hui en
Allemagne, voir refleurir les « tours » ou « boîtes à bébé » ? Ou que des femmes accouchent
dans la clandestinité et abandonnent leur enfant avec les conséquences trop connues pour la
santé de la mère et de l’enfant ? Ou voir augmenter les cas de maltraitance ?
Est-ce cette société que nous voulons ?

Un bébé devient l’enfant de ses parents s’il a été pensé et désiré par eux. Ainsi l’accouchement
sous X respecte le droit de chacun/e à ne pas être parent.

Pour Le Planning Familial, la remise en cause de l’accouchement sous X vient s’insérer dans les
débats ouverts autour de la révision des lois de bioéthique sur la question de l’enfant, en
justifiant le principe idéologique qui fait primer les liens du sang sur les liens sociaux.

L’obligation faite aux femmes de sortir de l’anonymat choisi lors de leur accouchement
interroge aussi le mythe de la transparence et jusqu’où il pourrait conduire. Que signifie le droit
à la vérité ? De quelle vérité parle-t-on, car qui connaît vraiment cette Vérité de sa naissance ?

La question fondamentale ne serait-elle pas plutôt de désavouer qui possède la maîtrise du
secret ? Aujourd’hui les femmes sont les seules, lors de leur accouchement, à en posséder la
clef, elles seules peuvent lever le secret. Et si c’était cela l’intolérable ?

Opposer les droits des uns aux droits des autres n’a jamais été un facteur de progrès social.

Travaillons à faire revivre et progresser les dispositifs d’accompagnement des femmes désirant
confier leur enfant à l’adoption. Aidons les familles d’adoption et les enfants adoptés à faire face
aux attentes des enfants nés sous X.

Ce débat doit être mené jusqu’au bout, il ne doit pas être capté par une minorité ou par des
postures idéologiques.

planning familial - accouchement sous X

lundi 31 janvier 2011


www.planning-familial.org
4, Square St Irénée, 75011 Paris
Tel +33 (0)1 48 07 29 10 - Fax +33(0)1 47 00 79 77

Documents joints

Lire aussi

La santé dans tous ses états : penser et agir pour les droits !

5 avril 2018
23e université d’automne de la ligue des droits de l’Homme : « La santé dans tous ses états : penser et agir pour les droits ! » La « santé » est en tête de liste des préoccupations dans les différentes …

Communiqué du collectif Europe et Médicament du 18 janvier 2011 sur le Médiator

18 janvier 2011
Le Collectif Europe et Médicament a pris connaissance du rapport publié par l’Inspection générale des Affaires sociales le 15 janvier à propos de son enquête sur le Médiator®. Les conclusions du …

A propos du mouvement des sage-femmes

15 juin 2010
contribution au débat au sein du mouvement des sage-femmes, exposant les revendications des sage-femmes libérales et des sage-femmes hospitalières

Où accoucherez-vous à Paris ?

16 mai 2010
Il est déjà difficile de trouver une maternité -publique- où s’inscrire pour accoucher en région parisienne. Les regroupements d’hôpitaux vont-ils diminuer encore l’offre de soins  …