Quand la mort est là

J’avais écris ce billet d’humeur avant l’assassinat de Toulouse, et j’écrivais sur d’autres morts. Le télescopage de toutes ces morts me bouleverse.
Les évènements tragiques que la France vient de connaître avec ces odieuses fusillades, suscite un engagement de toute la nation pour être solidaire avec les familles des victimes. Cette expression d’une solidarité est réconfortante dans ces moments de grande douleur.

A Saint Denis, en une semaine, deux femmes se sont donné la mort, l’une en s’immolant, l’autre en se jetant sous le train. Elles ont choisi la mort comme ultime façon d’en finir avec leurs souffrances. Faut-il donc que ces souffrances soient terribles pour abandonner des familles, pour échapper à la solidarité des proches, pour être exclues de la société qui protège. Au bout d’un parcours de misère, d’exclusion sociale, de souffrances psychologiques, avec la perte de tout espoir à vivre normalement, la mort est devenue une délivrance.

On me dira que ces morts ne sont pas de même nature, ici des enfants, des jeunes adultes, victimes innocentes d’une tuerie irraisonnée, et là des suicides, conséquences d’une injustice sociale.
Oui, c’est probablement vrai, mais il y a pour les familles des innocents un formidable mouvement de solidarité, une dénonciation unanime du racisme, de l’antisémitisme en tant que hontes de la nation – et, plus généralement, de toutes les nations – et il convient de les combattre sans faiblesse, cette mobilisation est une bonne chose.

Et puis, il y a les familles isolées de ces femmes mortes dans la détresse et dans l’indifférence de la même nation. Une marche pour la dignité a eu lieu à partir de la cité des Francs-Moisins, c’est un cri de colère poussé par les habitants du quartier, mais nous sommes bien seuls. La mobilisation n’est pas suffisamment forte pour faire reculer la souffrance sociale et cela, c’est une mauvaise chose.


mercredi 21 mars 2012, par Didier Ménard

Lire aussi

Sida-Covid, les leçons du passé

15 mai 2021
par Frédy Cotard
Frédy Cotard Chef d’entreprise dans l’événementiel En 36 ans de vie avec le Sida, je n’ai jamais demandé à la société de prendre des mesures sanitaires pour faciliter mon quotidien. Au travers de ma …

Dur de se soigner quand on est précaire

3 février 2015
par Sophie Legoff
L’existence de droits sociaux ne suffit pas à garantir un accès aux soins. Les personnes qui ont droit à l’AME ou à la CMU ne parviennent pas toujours à intégrer le système de droits commun. Le rôle …

CAPI : quand un médecin s’interroge...

13 septembre 2010
Hier j’ai vu une de mes patientes qui a du diabète, et aussi une insuffisance respiratoire liée à une bronchite chronique, et un nodule à la thyroïde, et une dépression qu’elle traite parfois avec …

Le CAPI : Pourquoi enfermer quand contrôler suffit !

14 juillet 2009
par Philippe Lorrain
L’Edito de Pratiques se termine par la sombre prévision d’un monde concentrationnaire destiné à l’enfermement des malades récalcitrants à la « normalisation » et au fichage, avec médecins postés en …