Dur de se soigner quand on est précaire

Les patients en situation précaire peinent à se faire soigner en France

L’existence de droits sociaux ne suffit pas à garantir un accès aux soins.
Les personnes qui ont droit à l’AME ou à la CMU ne parviennent pas toujours à intégrer le système de droits commun. Le rôle initial des PASS (Permanences de soins de santé, dédiées aux personnes sans couverture sociale et en situation de précarité dans les hôpitaux publics) d’accompagnement vers le système de soins général est difficile à réaliser.
Les PASS restent un terrain d’études encore peu représenté dans la littérature. Pourtant, de nombreux travaux sur les déterminants de l’accès aux soins existent et permettent d’identifier en grande partie les obstacles rencontrés dans les parcours de soins. Plusieurs facteurs contribuent à ce phénomène : l’augmentation de la précarité, l’influence des conditions de vie difficiles sur la santé et l’accès aux soins, des problèmes structurels du système de santé, mais aussi la relation particulière qui semble se nouer avec les professionnels de la structure.
Une thèse s’est intéressée aux patients de la consultation de médecine générale de la PASS de Bobigny, installée au sein de l’hôpital Avicenne. Ses objectifs étaient de comprendre et d’analyser le parcours de soins de ces personnes et d’examiner les difficultés rencontrées dans leur intégration au sein du système de droit commun.
À la fin, quelques pistes sont proposées, destinées à surmonter les difficultés rencontrées par les PASS et leurs patients.

L’ACCÈS DES PATIENTS PRÉCAIRES AU PARCOURS DE SOINS DE DROIT COMMUN. ÉTUDE QUALITATIVE D’UNE POPULATION DE CONSULTANTS DE LA PERMANENCE D’ACCÈS AUX SOINS DE SANTÉ DE BOBIGNY.

Les Permanences d’Accès aux Soins de Santé (PASS) sont destinées à permettre un accès aux soins de santé aux plus défavorisés avec pour objectif final leur intégration dans le système de santé de droit commun. Toutefois, elles peinent, de plus en plus, à y orienter des patients, qui sont exclus des soins malgré leur couverture maladie.
Une revue de la littérature associée à une étude qualitative menée en 2013 auprès des patients de la PASS de l’hôpital Avicenne à Bobigny, a permis de mettre en avant la qualité des soins et de l’accueil d’une structure adaptée pour l’accès primaire aux soins des plus démunis.
Cependant, les difficultés rencontrées par les patients dans leur parcours de soins ne seront surmontées que par une nécessaire articulation entre la PASS et le reste du système de santé à travers le développement de réseaux de soins et, plus largement, par des actions favorisant l’accès à l’ensemble des droits fondamentaux.

mardi 3 février 2015, par Sophie LEGOFF

Documents joints

Lire aussi

La permanence des soins est un service public à pérenniser

3 janvier 2018
par Patrick Dubreil
Patrick Dubreil Médecin généraliste. Je suis arrivé au Centre d’accueil de la permanence des soins (CAPS) de Châteaubriant le samedi 30 décembre 2017 à midi pour prendre ma garde. Cet endroit est situé …

En finir avec les préjugés sur les étrangers…

14 décembre 2014
par Martine Lalande
Une jeune médecin s’est attelée à explorer tous les aspect de l’accès aux soins pour les étrangers malades grâce à l’AME (couverture maladie actuellement prévue pour les personnes sans papiers résidant en …

« Soigner ou expulser » : un site pour alerter les ministres

18 avril 2014
par les cahiers de la médecine utopique pratiques
La tribune « soigner ou expulser ? », regroupant 13 organisations a été mise en ligne sur Le Monde ! Vous pouvez la retrouver là : http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/04/17/mettons-un-terme-a-l-expulsio

Le témoignage d’un médecin désobéissant

8 mai 2011
Le Dr Matthieu Lafaurie, infectiologue à l’hôpital Saint-Louis (Paris) témoigne :