Pétition à signer : « Plan d’urgence pour l’accueil de la petite enfance »

Depuis deux ans, le collectif « pas de bébés à la consigne »* se mobilise avec les parents, les professionnels, les citoyens et de nombreux élus, pour développer les modes d’accueil de la petite enfance en assurant la qualité et la sécurité de l’accueil des jeunes enfants.

En 2010 nous avons organisé un mouvement d’ampleur inédite dans le secteur de la petite enfance, qui s’est traduit par quatre journées nationales de grève et de manifestations des professionnels avec les parents dans toute la France.

Le gouvernement est pourtant resté sourd à ce mouvement de la petite enfance en imposant en crèche des mesures d’accueil en sur-nombre et la baisse des quotas des professionnels les plus qualifiés, en mettant en place des jardins d’éveil payants, en ouvrant le champ de l’accueil de la petite enfance à la concurrence et aux intérêts privés.

Mais avec le mouvement de la petite enfance de 2010, confirmé par le succès de son acte II lors de la journée d’action du 11 mars 2011, la conscience est maintenant partagée par la société de la question fondamentale qu’est la qualité d’accueil des tout petits. C’est la fierté et la responsabilité des professionnels et des parents de l’avoir défendue et nous n’y renoncerons à aucun prix !

En effet,en 2011, alors que plus de deux mères sur trois travaillent, moins de la moitié des enfants entre 0 et 3 ans ont une place dans un mode d’accueil. Pour répondre aux besoins, il manque 500 000 places pour l’accueil des tout petits. Et articuler vie familiale et vie professionnelle pour les parents, tout en accueillant les bébés de façon personnalisante en crèche ou chez une assistante maternelle, constitue un enjeu majeur de société.

Dans la période de débats sur les choix de société qui s’ouvre avec la séquence politique et sociale 2011-2012, nous entendons faire valoir notre contribution pour des modes d’accueil de qualité. C’est pourquoi le collectif « Pas de bébés à la consigne » a élaboré un « Pland’urgence pour l’accueil de la petiteenfance »** rendu public en mars 2011 et comportant des propositions et revendications pour assurer cet accueil de qualité aux tout petits.

Nous lançons aujourd’hui une pétition pour soutenir très massivement ce Plan d’urgence auprès des pouvoirs publics et de l’ensemble des acteurs en position de responsabilité dans le secteur de l’accueil de la petite enfance.

Nous vous appelons à signer cette pétition, à la faire signer et à la diffuser très largement dans vos entourages professionnels et citoyens.

Signature possible en ligne :http://www.pasdebebesalaconsigne.com/petition/?petition=4

ou sur papier en téléchargeant la pétition :http://www.pasdebebesalaconsigne.com/DOC/PetitionPlan d-urgence -version definitive-.pdf

Collectif « Pas de bébés à la consigne »

mai 2011

*http://www.pasdebebesalaconsigne.com/

**http://www.pasdebebesalaconsigne.com/DOC/Plan%20durgence_Pasdebebesalaconsigne_mars2011.pdf

vendredi 6 mai 2011

Lire aussi

Médée du fond des mères

1er décembre 2018
[…] Médée est un bloc de mémoire qui dit la douleur d’une femme. Abandonnée, bannie, trahie. Toute une mémoire qui dit ses mains ensanglantées. Médée a tué. Par amour elle a tué …

43e colloque du SNMPMI (les 1er et 2 décembre 2017)

21 juin 2017
Madame, Monsieur, Cher-e-s Collègues, Nous avons le plaisir de vous inviter à vous inscrire au 43e colloque du SNMPMI qui aura lieu à Paris les 1er et 2 décembre 2017 sur le thème : Santé et …

Pétition à signer en ligne lancée par le Réseau Canebière adressée à M. Paul Castel : Le cabanon doit continuer !

3 juillet 2014
par Les cahiers de la médecine utopique Pratiques
Voici en ligne la pétition qui tourne pour le soutien du cabanon (structure de soins aux personnes ayant des problèmes d’addictions). Vous pourrez lire le manifeste qui défend sa présence dans le …

Sauvons la Maternité des Bluets : pétition à signer en ligne à l’attention de Mme Marisol Touraine

7 juillet 2013
par Les cahiers de la médecine utopique Pratiques
Actuellement, les Bluets sont dans une situation très difficile malgré l’effort de redressement qui a été opéré. La raison en est simple : l’Agence Régionale de Santé a suspendu le versement de l’aide …