OU VA-T-ON ?

Première page de France-soir du 16 févier 2011 : « LES 100 MEDICAMENTS LES PLUS EFFICACES », leur notoriété impose la photo couleur. Ainsi, après les 77 médicaments sur la sellette de l’Afssaps [1], France- Soir publie pages 4 et 5, « LES 100 MEDICAMENTS RECOMMANDES », conseillés par de « grands spécialistes, maladie par maladie, prescrits sur ordonnance et réputés pour leur efficacité ».

Aucun lien d’intérêt n’est déclaré par ces médecins, contrairement à la loi [2], d’autant qu’on reconnaît des noms de spécialistes qui ont publié pour des laboratoires (en particulier SERVIER), on y retrouve aussi les noms de responsables de syndicats médicaux, que viennent-ils défendre ?
En nommant, les médicaments par le nom commercial et non l’appellation en DCI (Dénomination Commune Internationale) est-ce le LEEM [3] qui s’offre une belle page de publicité ?

Par cet article, la communication de l’Affsaps se trouve ridiculisée car dans les 100 médicaments, 7 appartiennent à la liste des 77 médicaments sous surveillance, et sont tous des antidiabétiques, il faut dire qu’avec l’épidémie d’obésité grâce aux publicités sur l’alimentation, le marché est lucratif.
-  Il est vrai qu’à l’heure du paraître jeune, beau (et riche), si deux médicaments à base de zinc sont majeurs dans le traitement de l’acné, cela devrait se savoir.
-  Alors qu’un rétinoïde, est mis sur la sellette du fait des troubles psychiques graves qu’il induit, un médicament de la même classe, tératogène aussi, est dit essentiel dans l’eczéma.
-  Un seul diurétique est cité dans le traitement de l’hypertension artérielle, il n’est pas si épargneur de potassium qu’il le mentionne, et il est vendu par SERVIER.
-  Parmi les anti-inflammatoires non stéroïdiens, on y retrouvera l’indométacine, médicament de deuxième intention et réservé à certains rhumatismes et le ketoprofene. Attention, messieurs les neurologues en prescrivant ce dernier sous le nom commercial que vous avez indiqué, dans la migraine, vous serez hors AMM, car dans cette indication, le conditionnement est de 10 comprimés et porte un autre nom commercial ; moins cher pour la CPAM, mais plus cher pour le patient car il faudra 2 boites, avec un reste à charge de 5O cents de plus tous les 20 comprimés pour le patient, voire plus, car avec une prescription hors AMM, la CPAM n’a pas obligation de remboursement du traitement.
-  Seuls les diphosphonates sont retenus dans l’ostéoporose, c’est que seuls les docteurs en chirurgie dentaire connaissent leurs effets secondaires, entre autres, les osteonécroses de mâchoire .. Les signalent-ils à la pharmacovigilance ?
-  Risperdidone et aripiprazole prescrits larga manu pour la soumission chimique, à l’heure où la psychiatrie se déserte, et lorsqu’ on sait que ces nouveaux neuroleptiques augments le risque d’Accident vasculaire -Pourquoi le sulfamide hypoglycémiant de SERVIER dans le diabète plutôt que le glibencamide qui a un meilleur rapport bénéfice risque reconnu ?
-  Pourquoi une glitazone pour le diabète quand on connaît leur rapport bénéfice risque défavorable
-  Pourquoi l’association paracétamol codéine n’est citée que sous sa forme effervescente, pourtant potentiellement iatrogène chez certains sujets du fait d’un apport sodé important ?
-  Pourquoi, pour les corticoïdes, la prednisone en rhumato, et la prednisolone en médecine générale ?

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? La liste des pourquoi serait très longue à faire

Quant aux médecins généralistes, [4].en dehors d’un AINS et d’un corticoïde, les seuls médicaments efficaces qu’ils prescriraient seraient des antibiotiques (l’amoxicilline ou les macrolides) !!! la CPAM devrait relancer sa campagne « un antibiotique ce n’est pas automatique », et il y aurait ainsi moins de monde dans les cabinets de médecine générale, participant ainsi à la réduction du déficit de l’assurance Maladie [5]

-  Le paracétamol pour les douleurs est oublié : il peut être prescrit sans ordonnance, car dans cette liste, seuls les médicaments sur prescription et avec un SMR [6] élevé sont retenus !!!.
-  Le zinc fait pourtant exception, il n’est remboursé qu’à 35%.
-  Pour ce qui est des médicaments contre le sida, aucun d’eux ne figure sur cette liste : ou ils ne sont pas rentables, ou ils sont trop dangereux, ou ils ont une ASMR faible, et devraient donc bientôt être déremboursés !

Quant à la pilule contraceptive, aucune allusion : Mesdames, aucune ne doit être efficace, ou bien elles sont toutes trop dangereuses. Les grossesses indésirées ne vont donc pas diminuer en France, c’est aussi pourquoi les centres d’IVG ne doivent pas fermer !


dimanche 27 février 2011


[1Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.

[2Loi de démocratie sanitaire de 2002, article 26 : tout professionnel de santé qui s’exprime publiquement sur produit de santé doit déclarer ses liens d’intérêts avec les entreprises commercialisant ou fabriquant de tels produits. Cette obligation s’applique aux interventions professionnelles et dans les media grand public, quel que soit le support, écrit, oral, électronique, audio-visuel, etc.

[3Les Entreprises du Médicament, syndicat de l’industrie pharmaceutique

[4Reconnus spécialistes depuis janvier 2011, ils peuvent coter CS, 23 €

[5Ne Citer que ses deux classes de médicaments pour la médecine générale est réducteur vis-à-vis des médecins généralistes qui prennent en charge de nombreux autres problèmes de santé. Soumis aux mêmes pressions de la part des lobbies pharmaceutiques, ils ont besoin de beaucoup de persuasion pour changer les traitements inutiles ou dangereux prescrits par les spécialistes...

[6Service Médical Rendu.

Lire aussi

La santé dans tous ses états : penser et agir pour les droits !

5 avril 2018
23e université d’automne de la ligue des droits de l’Homme : « La santé dans tous ses états : penser et agir pour les droits ! » La « santé » est en tête de liste des préoccupations dans les différentes …

Manifeste des médecins indignés – Pétition de soutien au Docteur Bonnemaison

14 février 2016
par Marie Kayser
La revue Pratiques relaie le Manifeste des médecins indignés – pétition de soutien au Docteur Bonnemaison. Voir aussi : Loi sur la fin de vie. Vote à l’Assemblée le 27 janvier après accord de la …

Conflits d’intérêts : Philippe Foucras, président du FORMINDEP, répond à nos questions

22 juin 2010
Conflits d’intérêts et industrie du médicament : Philippe Foucras, président du FORMINDEP, raconte ses combats. Où et comment un médecin généraliste scandalisé par la confusion des genres, sans abandonner …

Plan de rigueur et dépenses de santé : franchises et dépassements d’honoraires pour le Français moyen, cliniques de luxe pour les banques. La crise expliquée en cinq actes.

16 mai 2010
par Lucien Farhi
Compte tenu de la confusion savamment entretenue par les « experts » autour du plan d’austérité qui se profile, Pratiques a décidé d’apporter sa modeste contribution à l’effort de pédagogie assumé …