Mesdames et messieurs les soignants : Attachez vos ceintures, nous entrons dans une zone de turbulences !

Deux principes immoraux sont à l’œuvre pour nous conduire vers cette zone : d’une part, la cupidité de celles et ceux qui ont dévoyé le système financier pour en tirer toujours plus d’argent et, d’autre part, le principe d’inégalité qui dit, grosso modo, qu’il est préférable de taper sur les plus faibles plutôt que les protéger. L’expression de ces deux principes aboutit à un plan de rigueur, bien évidemment défendu comme absolument nécessaire par le gouvernement, plan qui porte l’expression politique de ces gougnafiers de la finance.

Ce plan de rigueur vise à diminuer les dépenses publiques. Le secteur de la santé ne sera pas épargné. Nous savons ce que cela veut dire puisque, de toute façon, l’avalanche des plans qui se succèdent depuis 10 ans pour l’hôpital, pour la médecine de ville, nous fournit la concrétisation de tout cela à coups de franchises, de taxes, de dépassements d’honoraires... Bref, plus que jamais, il sera préférable d’être riche et bien portant, dans ce beau pays de France, que pauvre et malade.

Alors, que faire ? Pleurer sur notre pauvre sort, prier Sainte Fatalité pour qu’un miracle salvateur nous épargne le sort de la Grèce, ou compter sur nos propres forces pour dire : pas d’accord ! Il n’est pas utile d’aller chercher dans les guides et modes d’emploi de la « Résistance » pour savoir que, face à ces turbulences, si nous ne voulons pas être secoués au point de nous effondrer, c’est de l’union de tous les meurtris que surgira le meilleur traitement.
Il est donc évident que le repli sectaire, l’exacerbation du corporatisme, la peur de l’autre, seront les meilleurs comportements pour faire triompher, une fois de plus, ces principes immoraux. S’il est une union indispensable à réaliser de suite, c’est celle des soignants et des soignés et, au delà, de tous les citoyens victimes des inégalités.
Il n’est pas absurde de croire que cette alliance protégera davantage les uns et les autres des effets des turbulences. Alors, faisons fi de ces préjugés archaïques, de ces représentations négatives, réunissons nous à la table ronde de la résistance pour ne pas être demain les victimes de la crise à venir. C’est le sens que nous attribuons à la constitution du « comité de défense de la médecine générale »

dimanche 9 mai 2010

Lire aussi

Allons nous laisser « crever » des personnes devant nos portes ?

7 novembre 2019
par Brigitte Tregouet
Brigitte Tregouët Médecin généraliste Allons nous laisser « crever » des personnes devant nos portes ? Oui, j’utilise ce mot « crever » parce qu’il correspond au réel. Nous, qui soignons ces hommes, …

Vous avez dit : la mort de la médecine libérale ?

13 juin 2015
par Didier Ménard
Il n’est pas bon de s’exprimer publiquement pour affirmer que la médecine libérale est morte, ou qu’elle n’a pas d’avenir… surtout quand on n’est pas médecin libéral. C’est à coup sûr s’attirer les …

Vous avez compris ce qu’ils veulent les docteurs ?

8 mars 2015
par Didier Ménard
L’affaire n’est pas simple, et nous allons assister le 15 mars à une importante manifestation du monde de la médecine libérale dans une totale confusion. C’est comme si le Medef défilait avec la CGT …

Vous avez dit : changement ?

26 mai 2012
par Didier Ménard
Pour pouvoir continuer de « vivre ensemble », il faut agir pour le changement. Il est donc normal, en ce printemps du changement, que les acteurs de la santé réclament leur part de changement. …