Lucentis® : L’Eylea®, ou la fausse solution

Le lecteur insuffisamment familier des arcanes de cette affaire pourra se reporter aux articles parus antérieurement sur les sites de Pratiques et du Syndicat de la médecine générale [1]

L’Assurance maladie vient de remettre à la ministre chargée de la Sécurité sociale ainsi qu’au Parlement son rapport intitulé : " Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l’Assurance maladie pour 2014 " [2]

On y relève la proposition N°17 : « Réduire significativement le prix du Lucentis® ». L’Assurance maladie, après avoir relevé la situation « quasi-monopolistique » du Lucentis® et rappelé l’énorme différence de coût avec l’Avastin®, se réjouit de l’arrivée prochaine d’un nouveau traitement de la DMLA, l’Eylea® (aflibercept), et propose donc que les autorités sanitaires obtiennent de Novartis une baisse conséquente du prix du Lucentis®. Il était temps…

On pourrait s’en réjouir, même si les atermoiements et fausses-manœuvres de la Direction générale de la santé n’avaient déjà creusé un trou de plusieurs centaines de millions d’€ dans les dépenses de la même Assurance maladie.

Et pourtant, il y a loin de la coupe aux lèvres. C’est que le passé nous en a déjà instruits : les baisses précédentes sont demeurées dérisoires, le gouvernement n’ayant, par exemple, jamais usé du pouvoir de négociation que lui conférait la réglementation européenne de la concurrence, en refusant de s’associer à l’enquête italienne instruite contre Roche/Novartis, pour entente illicite
 [3]
. De la même manière, le gouvernement n’a toujours pas pris les décrets d’application de l’article 57 de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale, [4] décrets qui lui auraient permis d’imposer une RTU (Recommandation d’utilisation temporaire) de l’Avastin®, malgré les réticences de son producteur, Roche. A 40 € l’injection contre 800 € pour le Lucentis®, la menace avait pourtant de quoi donner à réfléchir à Novartis.

Maintenant, l’arrivée prochaine de l’Eylea® est-elle susceptible de vraiment changer la donne ? On peut en douter. La molécule est produite par Regeneron, une société biotechnologique américaine, détenue à 17% par Sanofi, qui envisage d’ailleurs d’y porter sa participation à 30%. Regeneron se réserve l’intégralité de la commercialisation de l’Eylea® pour les Etats-Unis et en cède les droits, à moitié, à Bayer pour le reste du monde. [5]

Autrement dit, qui peut croire que le fait d’introduire deux poids lourds de plus (Bayer et Sanofi) dans le panorama serait susceptible de modérer les appétits des deux premiers - Roche et Novartis -, face à un marché en croissance exponentielle ? N’oublions pas l’accord récent qui ouvre en grand les portes de la Chine au Lucentis® Novartis receives approval for Lucentis® and launches Galvus® in China, two innovative therapies that support public health goals [6]

Nous exagérons ? Eh bien, les faits, maintenant :

1. L’Eylea® a été introduit sur le marché américain fin 2011. Et à quel prix ? 1850 $ l’injection, contre 2000 $ pour le Lucentis®, soit un écart de 7.5%. [7] On est loin des 50 $ de l’Avastin® ! Certes, le nombre d’injections nécessaires pourrait être réduit, mais l’addition n’en restera pas moins salée.

2. Regeneron/Bayer ont passé un accord avec Roche/Genentech : les premiers verseront désormais aux seconds des royalties de l’ordre de 5% sur leurs ventes d’Eylea®, du fait des brevets détenus par ceux-ci. [8]

Ainsi, Roche, déjà partie prenante, via Genentech, aux ventes du Lucentis®, l’est désormais aussi à celles de l’Eylea®. Une raison supplémentaire pour lui de tout mettre en œuvre pour empêcher son propre produit - l’Avastin® - de venir casser les prix de cette belle mécanique !

On le voit désormais clairement : une solution conforme à l’intérêt général existait, c’était justement l’Avastin®. Tout aura été fait pour la torpiller, chacun apportant sa pierre à l’édifice : groupes pharmaceutiques, Administration, Assurance maladie, lobbies professionnels minés par les conflits d’intérêt.

vendredi 19 juillet 2013, par Les cahiers de la médecine utopique Pratiques

Documents joints

Lire aussi

Covid-19 et échec de la « machine à soigner »

11 juillet 2021
par Frédéric Pierru
Frédéric Pierru Chercheur en sciences sociales et politiques CNRS CERAPS-Université de Lille Chercheur associé au LISE - Conservatoire National des Arts et Métiers Membre du Comité scientifique de …

Les Laboratoires Servier seront-ils enfin condamnés pour escroquerie ?

23 avril 2021
Comment ces laboratoires pouvaient-ils ne pas connaître le caractère anorexigène du Médiator®, alors que dès sa mise sur le marché en 1977, à la revue Pratiques, nous avions dénoncé la structure …

Les laboratoires Servier enfin condamnés mais pas assez

6 avril 2021
Dès 1977 la revue Pratiques avait dénoncé la structure amphétaminique du Médiator©, et appelé à ne pas prescrire ce médicament coupe-faim présenté par les laboratoires Servier comme un antidiabétique . …

Quelques leçons de la crise à lire sur le site du formindep

22 juillet 2020
Le Formindep [1], dans un article très argumenté : « Quelques leçons de la crise » revient sur la crise de la COVID, il montre que l’existence de « liens d’intérêt dans tous les domaines de la santé n’est …