Loi HPST : Bye, bye Hippocrate ?

A propos du livre écrit en collaboration avec Christian Laval, qu’il a récemment publié [1], Pierre Dardot, présent aux « Vendredis de la philosophie » de France-Culture, cite Margaret Thatcher :

«  L’économie n’est que le moyen. Le but est de changer l’âme  ».

Tout est dit, dans cette formule lapidaire, taillée à la serpe (au bistouri ?).

Comme nos auteurs le soulignent, le but de la « rationalité » néo-libérale n’est pas d’emporter l’adhésion : en ceci, elle n’est pas une idéologie. De fait, c’est une norme imposée, dans le but d’induire des comportements. Là encore, les termes ont leur sens : induire donc, et par conséquent, ne pas contraindre.

Au contraire, faire en sorte, une fois la norme imposée, que les intéressés se gouvernent par eux-mêmes, se bornant à se conformer à ses préceptes. Merveille : plus de gouvernement, plus de coercition : « Enrichissez-vous », recommandait Guizot en son temps.

Voici donc le sort promis par la loi HPST tant aux cadres administratifs hospitaliers qu’au personnel soignant et, par ricochet, à leurs patients.

C’est à ce changement radical de norme auquel sont conviés les acteurs du système de soins : foin du serment d’Hippocrate - et de sa forme modernisée : le serment médical.

A propos, que dit donc celui-ci : «  Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain  ».

Et que dit, en miroir, le projet de loi de Mme Bachelot, dans le cadre d’un article L. 6152-3 du code de la santé publique nouvellement créé :

« La rémunération contractuelle des praticiens bénéficiant d’un contrat mentionné au 3° de l’article L. 6152-1 comprend des éléments variables qui sont fonction d’engagements particuliers et de la réalisation d’objectifs quantitatifs et qualitatifs ».

Explication de texte à ce charabia hermétique, donnée charitablement et crûment, à l’avance, par le Président de la République dans son discours de Bletterans, qu’il convient de citer ici in extenso :

"Je ne vois pas pourquoi une politique d’intéressement, à laquelle je crois tant dans le secteur privé, ne s’appliquerait pas dans le secteur hospitalier ?

C’est grâce à l’amélioration de sa productivité qu’un centre hospitalier réalise un excédent. Pourquoi ne pas en faire profiter l’ensemble des acteurs responsables ? Je n’ai pas peur des mots. Une politique d’intéressement du personnel médical ou paramédical me semble très adaptée à la définition d’un projet où la responsabilité, la qualité et la sécurité sont trois mots majeurs de l’état d’esprit de notre politique"

Version 2009 du serment médical ?

On nous dira que, depuis, la crise est passée par là. Que les mêmes, à présent, évoquant le néo-libéralisme, n’ont à la bouche que le mot magique :« Régulation ». A quand donc la réécriture de la loi ?

vendredi 3 avril 2009, par Lucien Farhi

Lire aussi

Âme(s) à vendre ! (3)

17 octobre 2022
par Eric Bogaert
Actualité du 6 septembre 2022 : Juste avant l’AG du 5 septembre, tombait l’information que le propriétaire de la clinique était entré en « négociations exclusives » avec la Fondation L’Élan retrouvé pour …

La politique de l’autisme en France ou le retour tragique de la ligne Jdanov – Dépasser la haine.

10 août 2022
par Pierre Delion
Pierre Delion, psychiste J’ai longtemps hésité à écrire ce que vous allez lire, tant les préjugés actuels sont enracinés dans une doxa d’apparence scientifique qui n’admet aucune contestation : …

Feuilletons les « Assises » pour la santé mentale et la psychiatrie / épisode 2

4 octobre 2021
Au lendemain de ces Assises, voilà le communiqué de presse publié par le Printemps de la psychiatrie. (voir l’épisode 1) La psychiatrie humaniste étouffée par la santé mentale des laboratoires …

Covid-19 et échec de la « machine à soigner »

11 juillet 2021
par Frédéric Pierru
Frédéric Pierru Chercheur en sciences sociales et politiques CNRS CERAPS-Université de Lille Chercheur associé au LISE - Conservatoire National des Arts et Métiers Membre du Comité scientifique de …