Lettre ouverte à Madame Mireille FAUGERE Directrice Générale Assistance Publique – Hôpitaux de Paris

Les pouvoirs publics poursuivent opiniâtrement leur politique de privatisation des hôpitaux et, par voie de conséquence, d’exclusion des plus démunis du bénéfice de soins de qualité.

Pratiques a donc décidé de diffuser largement la lettre ouverte signée des praticiens dont la liste figure au bas du texte.

Paris, le 26 janvier 2011

Madame la Directrice,

Vous venez de décider « d’expérimenter » le paiement des chambres individuelles à l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris.

Cette séparation en chambres « première classe » payantes (à 45 euros par nuit) et chambres « deuxième classe » non payantes, ne va pas sans poser problèmes. D’abord parce que l’égalité des citoyens face aux soins, est une question sensible, au cœur de l’éthique médicale. Tout le monde accepte que le luxe ou le superflu ne relève pas de cette égalité financée par la solidarité. A l’inverse, le confort usuel comme l’est le fait de disposer d’une chambre à un lit lorsqu’on est malade, paraît de nos jours indissociable de la qualité de vie exigible à l’hôpital. Nous attendions donc de vous la poursuite des suppressions des chambres à plusieurs lits, qui achèverait l’humanisation des hôpitaux commencée il y a 40 ans avec la suppression des salles communes.

Votre décision pose de plus de multiples difficultés d’application pratique. Dans les unités qui n’ont que des chambres à un lit (justement parce que cela doit être la norme), devrons-nous faire payer les malades alors qu’ils n’ont pas le choix d’une chambre à 2 lits ? Ne risquons nous pas alors un recours en justice ? Devrons-nous désormais dans chaque nouveau service, réserver au moins une chambre à deux lits pour pouvoir faire payer les chambres à un lit ? Si à l’inverse, dans les unités de soins n’ayant que des chambres à un lit, les malades ne paient pas, il y aura donc désormais des services avec des chambres à un lit non payantes, et d’autres avec des chambres à un lit payantes. On imagine mal le transfert d’un malade d’un service avec chambre non payante à un autre avec chambre payante. Les chambres à un lit seront bien sûr réservées en priorité aux malades qui en ont besoin pour des raisons médicales majeures, tels qu’une infection transmissible ou des soins de fin de vie .Nous imaginons mal que l’on puisse mettre dans une chambre à plusieurs lits un patient atteint de tuberculose ou même simplement suspect d’avoir la grippe. Et nous n’imaginons pas qu’on revienne aux paravents de notre jeunesse pour isoler le mourant de la vue des autres malades. Mais il y a bien d’autres cas : celui du malade qui se lève plusieurs fois la nuit pour aller aux toilettes, celui qui a des troubles cognitifs, celui dont on prépare la coloscopie, celui qui ronfle bruyamment, celui qui vomit, celui qui a le hoquet, celui qui crie, celui qui ne supporte pas la télévision en permanence allumée de son voisin … etc. Lorsque toutes les chambres à un lit payantes seront occupées et qu’arrivera en urgence un malade médicalement prioritaire, devrons-nous faire sortir le malade hospitalisé dans une chambre à un lit pour l’installer dans une chambre à deux lits ? Faudra t-il le dédommager pour ce transfert imprévu ? Ou le malade payant deviendra-t-il prioritaire comme on l’a vu hélas dans certaines dérives de l’activité médicale privée à l’hôpital ? Si comme cela arrive non exceptionnellement, le chauffage dysfonctionne, le volet est en panne, la plomberie du cabinet de toilette laisse à désirer, la peinture s’écaille, pensez-vous faire, suivant les bonnes règles commerciales, des remises sur le tarif de 45 euros ? Les chambres à un lit payantes devront-elles, par conséquent, être mieux entretenues que les chambres non payantes ? Qui devra s’assurer que le malade personnellement ou son assurance complémentaire (mutuelle ou assurance privée qui d’ailleurs ne manqueront pas de reporter ce surcoût sur le tarif de leur prime), accepte de prendre en charge les 45 euros supplémentaires quotidiens ? Le personnel administratif ou les soignants ? Pensez-vous les encourager à cette activité par un intéressement financier ?

Visiblement vous pensez Madame la Directrice, que l’Assistance publique doit faire de la concurrence aux cliniques privées en se plaçant sur leur terrain, considérant les patients comme des clients et adoptant leurs méthodes commerciales. Verrons-nous bientôt une campagne d’affichage avec le slogan qui vous est cher « A nous de vous faire préférer l’AP-HP » ? Mais lorsque l’hôpital ressemblera à une clinique commerciale, quelles seront alors les raisons pour les médecins et les chirurgiens de rester à l’hôpital public alors qu’ils pourront gagner deux à trois fois plus en clinique privée ?

C’est pourquoi, Madame la Directrice, nous avons le regret de vous dire que nous trouvons votre décision non seulement injuste mais inapplicable, et qu’en conséquence elle ne pourra pas être appliquée.

Croyez, Madame la Directrice, à nos sentiments dévoués au service public hospitalier.

Pr A.Grimaldi, Pr B. Granger, Pr G. Reach, Dr J.P. Devailly, Pr A. Hartemann, Dr J.Harroche, Pr E.Bruchert, Pr T Papo, Pr E. Caumes, Dr P.F. Pradat, Dr A. Gervais,
Pr F. Kuttenn, Pr J .Belghiti, Dr D. Annequin, Pr J.P. Vernant,Dr F.Bourdillon,
Dr N. De Castro, Dr J. Peltier, Pr A.Gaudric, Dr C. Guy-Coichard, Pr D.Dreyfuss ,
Pr Z.Amoura, Dr M.C. Chauveheid

samedi 29 janvier 2011

Lire aussi

Mon cœur

7 septembre 2018
« Mon cœur » une pièce de théâtre de Pauline Bureau sur le scandale du Médiator°, pièce remarquable et bouleversante, dans laquelle on suit pas à pas la vie d’une victime (« Claire ») qui se délite au fur et …

Rassemblement le jeudi 20 avril à 16h place Jean Jaurès à Tours

19 avril 2017
Demain, 20 avril 2017, le projet COPERMO (Comité interministériel de Performance et de modernisation de l’offre de soins) pour l’Hôpital doit être signé entre la ministre de la santé et la direction du …

« Liberté, égalité, santé : l’heure des choix ! », colloque organisé par le Comité Fédéral Régional de la Mutualité Fonction Publique IDF le 22 octobre 2011 à Paris - avec la présence de Martine Lalande, rédactrice à la revue Pratiques

23 octobre 2011
Sous ce titre, le Comité Fédéral Régional de la Mutualité Fonction Publique (*) Ile de France organise un colloque samedi 22 octobre 2011 de 14h à 18h au Siège de l’Université Paris Descartes (12, rue de …

MENACES SUR LE DROIT A L’AVORTEMENT FEMMES EN DANGER ! Rassemblement devant la direction générale de l’AP-HP 3 avenue Victoria 75004 Paris (métro Châtelet) le 18 mars 2010 à 18h.

18 mars 2010
MENACES SUR LE DROIT A L’AVORTEMENT FEMMES EN DANGER ! LE GOUVERNEMENT PIÉTINE LA SANTÉ PUBLIQUE Le gouvernement, par l’action de Mme Bachelot et la loi HPST (Hôpital Patient, Santé Territoire) …