Les salles de consommation de drogues

Où en est-on ?

« Les centres de consommation, intégrés dans une palette complète de prise en charge de la toxicomanie, constituent un outil d’amélioration de l’état sanitaire et social des usagers de drogue les plus précaires. »

Dernières dates :

-  Le 1er octobre, les Verts parisiens annonçaient souhaiter l’ouverture de salles expérimentales de consommation de drogue à Paris et en Seine-Saint-Denis avant fin 2011

-  Le même jour, Alain Juppé réunissait les acteurs de la lutte contre la toxicomanie à Bordeaux pour réfléchir à l’opportunité d’une telle salle pour la ville ; Jean-Paul Garraud, député UMP de la Gironde, s’y opposait vivement quelques jours après dans Sud-Ouest

-  Le 18 octobre, le parti Chrétien démocrate (PCD) de Christine Boutin se prononçait contre l’ouverture de salles à Paris

-  Le 19 octobre : Le Conseil de Paris vote en faveur de l’ouverture d’au moins un « centre de consommation à moindre risque pour usagers de drogues » à Paris

Un extrait de cette revue de presse :

"Un café et un joint"

"Au centre de la polémique sur les « salles de shoot » (ou « centres d’injections supervisées ») la question essentielle est de savoir si leur création s’inscrit naturellement dans la poursuite de cette politique sanitaire ou si elle marque au contraire une étape irréversible vers une dépénalisation progressive suivie de l’officialisation de la consommation fiscalisée de nouvelles substances à fort pouvoir d’addiction, ce au même titre que les boissons alcooliques ou les produits du tabac. Le cannabis, la cocaïne, l’ecstasy (voire l’héroïne) disponibles (avec messages préventifs sur les emballages) dans chaque bar-tabac en somme ; une hypothèse qui aux yeux de certains spécialistes n’apparaît plus aujourd’hui comme totalement déraisonnable compte tenu des coûts et des échecs récurrents des politiques répressives et prohibitionnistes.

Dès lors « salles de shoot » (comme il en existe dans huit pays à travers le monde) ou pas ? Auprès de la Mission interministérielle française de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) on n’y est –euphémisme— nullement favorable. On fait notamment observer que l’offre française de « réduction des risques » est une des plus importantes au monde et que la France est le seul pays européen à en avoir inscrit le principe dans la loi. Et, de fait, cette offre est loin d’être négligeable : vente et distribution de 15 millions de seringues stériles par an, accès pour 130.000 personnes aux traitements de substitution, création de plusieurs centaines de structures spécialisées d’accueil et d’accompagnement médico-social.

Toujours selon la Mildt, cette politique a permis de réduire de façon très importante les décès par overdoses de même que le nombre des contaminations et des décès par sida chez les « usagers de drogues ». Menée depuis une quinzaine d’année, cette politique situerait la France parmi les pays les plus « protecteurs » au monde ; près de 300 millions d’euros sont consacrés à un dispositif visant à la pris en charge « des 230.000 usagers réguliers d’opiacés, de cocaïne et d’amphétamines ».

Reste pour autant, deux problèmes sanitaires d’importance : l’épidémie d’hépatites C chez les usagers et la précarisation d’une frange de la population des usagers de drogues dépendants qui cumulent les risques."

salles de consommation de drogues - revue de presse octobre 2010

vendredi 5 novembre 2010


Vous trouverez dans le doc joint :
-  les recommandations issues du séminaire organisé par Elus, Santé Publique et Territoire
-  une sélection d’articles (classés par ordre chronologique) et les revue de presse, voeux des groupes et interventions au Conseil de Paris collectés par Pierre Chappard après le vote du 19 octobre
-  la réaction de l’AFR au rapport de l’INSERM sur la réduction des risques et aux prises de position d’Etienne Apaire sur les salles de consommation
-  l’annonce de parution de « Salles de shoot ? », un livre de Bernard Bertrand

Documents joints

Lire aussi

La santé dans tous ses états : penser et agir pour les droits !

5 avril 2018
23e université d’automne de la ligue des droits de l’Homme : « La santé dans tous ses états : penser et agir pour les droits ! » La « santé » est en tête de liste des préoccupations dans les différentes …

La Sociale : Petit message de Gilles Perret le réalisateur

7 février 2017
Bonjour les amis Une très bonne nouvelle pour les combattants des salles obscures que vous êtes ! Une nouvelle que je voulais partager avec vous en priorité : Marion, notre programmatrice, et …

La lecture dans les salles d’attente des médecins : Acte II !

6 mai 2012
Répondant à l’intérêt suscité par ce débat improvisé, Pratiques en publie la suite récente. Dr M Il m’a fallu plus d’une semaine pour réfléchir à ma pratique en qui concerne la salle d’attente et ses …

La lecture dans les salles d’attente des médecins : poids des habitudes, espaces de liberté, choix orientés ?

1er mai 2012
Salles d’attente des médecins : on attend entre vos murs (longtemps), on s’y inquiète (souvent), s’y rassure (parfois) ou même s’y découvre (rarement)... On y lit (beaucoup) : mais quoi, sous l’aile de …