Le dernier refuge

Elle sanglote dans mon bureau : « Qu’est-ce que je vais devenir ? » … Et puis, elle se ressaisit : « J’ai connu les camps de déportation des Khmers rouges et j’ai survécu ».

Je connais son histoire de jeune étudiante : sept années de bagne au camp, d’où elle s’est enfuie à travers la forêt vierge, sans rien à manger… Son exil en France où sa première pensée a été de tout faire pour ramener sa mère et ses demi-frères et sœurs, et donc abandonner sa remise à niveau pour prendre le premier emploi venu de caissière dans un supermarché… Elle s’est sacrifiée, refusant tout mariage pour élever ses frères et sœurs.

54 ans et plein le dos… au sens propre ! Les frères et sœurs ont fait leur vie et maintenant galèrent de leur côté. La maman est restée avec elle et débute un Alzheimer. Quant à elle, elle a présenté des sciatalgies invalidantes et maintenant arrive à la fin du droit aux indemnités journalières. Elle s’obstine une deuxième fois à essayer de reprendre le travail à mi-temps : lors de la première fois, l’employeur l’avait mise à la caisse à côté des packs d’eau, malgré les interventions des organismes de prévention pour les adultes handicapés, et au bout de trois jours, elle était cassée… 25 ans de bons et loyaux services dans cette entreprise qui n’a qu’une hâte : la virer !

Nous n’avons en vue qu’une pension d’invalidité, (l’entreprise, pourtant importante, n’a pas souscrit de contrat collectif de prévoyance invalidité), et sa mère touchant sa (petite) retraite et vivant à son domicile, elle n’aura pas droit au fonds social d’invalidité. Le respect des anciens en Asie est insurmontable : sa maman fait ce qu’elle veut de sa pension et ne paye aucune facture. Ma patiente s’inquiète donc à juste titre de ne pas savoir comment elle joindra les deux bouts, avec un demi SMIC dans le meilleur des cas….

Le cabinet est le refuge où elle peut pleurer : comme elle, ces gens courageux, qui se sont toujours battus en serrant les dents et qui affluent maintenant, lestés de handicaps similaires, insolubles, m’émeuvent, me tourmentent. Entre celui qui cumule trois problèmes (maladie professionnelle, maladie et accident de la voie publique) relevant de trois organismes différents (CPAM, caisse des maladies professionnelles et compagnie d’assurance) pour lesquels chaque organisme se rejette la responsabilité, et pour finir, le laisse sans aucune ressource, entre tous les ouvriers cassés par le travail et que nos nouvelles lois voudraient prolonger jusqu’à 65 ans voire 70, entre tous ceux qui connaissent à présent la mise au chômage économique par les entreprises du fait de la crise, avec tous ceux-là nous essayons de nous battre, de trouver un minimum de solutions, mais à quoi arrivons-nous ? A constater la mise à mal de leur dignité d’êtres humains…

dimanche 30 novembre 2008

Lire aussi

La santé dans tous ses états : penser et agir pour les droits !

5 avril 2018
23e université d’automne de la ligue des droits de l’Homme : « La santé dans tous ses états : penser et agir pour les droits ! » La « santé » est en tête de liste des préoccupations dans les différentes …

Un journaliste qui filme un contrôle violemment agressé par des agents de la RATP

29 novembre 2017
par Christiane Vollaire
Raphaël Godechot, journaliste indépendant, jeté à terre, a subi le 17 novembre dernier des violences policières pour avoir voulu porter secours à un migrant sans papiers lors d’un contrôle dans le …

Ah vous ne faites pas grève, vous, docteur...

30 septembre 2014
par Philippe Lorrain
« Ah vous ne faites pas grève, vous, docteur, j’ai entendu que les pharmaciens et les médecins... ». Non, je ne fais pas grève ce mardi 30 septembre, et je renvoie ce brave patient à la lecture du …

Scandale à l’agence européenne du médicament - nouvel article du Formindep du 8 février 2011

8 février 2011
Le 31 décembre 2010, Thomas Lönngren achevait son deuxième et dernier mandat de 5 ans à la tête de l’Agence Européenne du Médicament (EMA). C’est l’heure des bilans pour ce haut fonctionnaire suédois. Et …