Edito : ALD : les défenseurs de l’accès aux soins ont marqué un point.

La mobilisation rapide et vigoureuse des défenseurs de l’accès aux soins et tout particulièrement celle des associations de malades a payé. Le conseil de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Sociaux a voté, à l’unanimité de ses membres un texte demandant que les propositions relatives aux Affections de Longue Durée (ALD) soient retirées du projet.

Le directeur de l’Assurance maladie et le gouvernement ont donc effectué un repli stratégique

Mais ne nous réjouissons pas trop tôt :

-  Les ALD sont depuis longtemps dans le collimateur du gouvernement qui n’a pas pour autant renoncé à leur remise en cause.

-  La ligne politique du gouvernement en matière d’Assurance maladie n’a pas changé : "Il faut donc maintenant un nouveau plan, avec de nouvelles mesures", estime Xavier Bertrand.

-  Seules les propositions relatives aux ALD ont été retirées ( temporairement …) du projet . Les autres propositions, [1] sont maintenues , elles seront discutées par l’Union Nationale des Caisses d’Assurance maladie ( à voix consultative ) le 3 juillet et débattues par le gouvernement à la mi-juillet.

Si la mobilisation a payé, pourquoi ne pas continuer ?

Nous refusons, à juste titre, les restrictions d’entrée en ALD et le déremboursement de médicaments nécessaires aux patients pris en charge à 100%. Deux mesures qui augmenteraient le reste à charge - déjà élevé - des patients les plus malades.
Pourquoi laisserions nous remettre en cause l’hôpital public et le renvoi des patients vers le secteur privé à dépassements d’honoraires ?
Pourquoi tolèrerions nous la mise en place du « secteur optionnel » qui permettra des dépassements d’honoraires encadrés mais généralisés. Ces deux mesures entraîneraient pour les patients un reste à charge tout aussi important et obligeraient les patients qui le peuvent à se tourner vers les complémentaires dont les prix ne cessent d’augmenter. Quant aux autres ils seraient de plus en plus nombreux à renoncer aux soins.

Il nous faut continuer

Nous sommes nombreux à vouloir que les mots « égal accès aux soins de tous » ne soient pas des mensonges.

D’autres choix sont possibles :

Développer un système de santé publique fondé sur la solidarité, revoir l’organisation des soins en ce sens, mettre en place des efforts de prévention pour diminuer les pathologies chroniques liées à l’environnement, aux conditions de vie et de travail, encourager une prise en charge thérapeutique adaptée en luttant contre la désinformation des soignants et des patients par les lobbys pharmaceutiques.

_

lundi 30 juin 2008


[1Voir le CP du SMG : nous ne voulons pas d’un plan qui limite l’accès aux soins de tous , surtout des plus malades et des moins riches , en particulier celles concernant l’hôpital

Lire aussi

Âme(s) à vendre ! (3)

17 octobre 2022
par Eric Bogaert
Actualité du 6 septembre 2022 : Juste avant l’AG du 5 septembre, tombait l’information que le propriétaire de la clinique était entré en « négociations exclusives » avec la Fondation L’Élan retrouvé pour …

La politique de l’autisme en France ou le retour tragique de la ligne Jdanov – Dépasser la haine.

10 août 2022
par Pierre Delion
Pierre Delion, psychiste J’ai longtemps hésité à écrire ce que vous allez lire, tant les préjugés actuels sont enracinés dans une doxa d’apparence scientifique qui n’admet aucune contestation : …

Feuilletons les « Assises » pour la santé mentale et la psychiatrie / épisode 2

4 octobre 2021
Au lendemain de ces Assises, voilà le communiqué de presse publié par le Printemps de la psychiatrie. (voir l’épisode 1) La psychiatrie humaniste étouffée par la santé mentale des laboratoires …

Le Titanic et les canots de sauvetage : Journal de bord d’un centre de vaccination

2 mai 2021
par Brigitte Tregouet
Brigitte Tregouet Médecin généraliste Semaine 1 Le mardi 12 janvier à 23 heures, je reçois un mail de notre toute nouvelle CPTS, Communauté professionnelle territoriale de santé : « suite à la …