Droit au séjour des étrangers malades

communiqué de la société française de santé publique

La nouvelle version adoptée au Sénat prévoit que le titre de séjour ne pourra être accordé qu’en cas d’ « absence » du traitement approprié dans le pays d’origine.

SANTE/MIGRATION

Le 14 avril, le Sénat a achevé l’examen en séance publique du texte sur le projet de loi relatif à l’immigration, l’intégration et la nationalité. _ L’examen a notamment abouti sur un accord concernant l’encadrement du droit au séjour des étrangers gravement malades. L’article 17 ter, qui prévoyait l’expulsion des étrangers en situation irrégulière souffrant d’une pathologie grave si une prise en charge était « disponible » dans le pays d’origine, avait tout d’abord été supprimé en première lecture par le Sénat. Rétabli lors de la seconde lecture par l’Assemblée nationale, la nouvelle version adoptée au Sénat prévoit que le titre de séjour ne pourra être accordé qu’en cas d’ « absence » du traitement approprié dans le pays d’origine.
Le texte précise que les « circonstances humanitaires exceptionnelles » pourront être prises en compte par les autorités administratives.

Les associations Act-up Paris, Aides et Comède se sont associées, dans un communiqué, pour dénoncer un durcissement du texte préjudiciable aux étrangers malades bénéficiant du dispositif actuel, qui risqueraient l’expulsion et l’interruption des traitements. En effet, des médicaments comme les antirétroviraux, s’ils sont présents dans quasiment tous les pays du monde, demeurent souvent inaccessibles à la majorité de la population.

dimanche 8 mai 2011


fs@sfsp.info
Flash Email N°16-2011 du 22 avril 2011

Lire aussi

Covid-19 et échec de la « machine à soigner »

11 juillet 2021
par Frédéric Pierru
Frédéric Pierru Chercheur en sciences sociales et politiques CNRS CERAPS-Université de Lille Chercheur associé au LISE - Conservatoire National des Arts et Métiers Membre du Comité scientifique de …

Un autre triage est possible !

28 juin 2021
par Jean-Paul Gaudillière
Inventer la santé en commun – nationale et mondiale - oblige à repenser les modes de tri, leur imbrication, les niveaux auxquels ils s’effectuent et pour quelles raisons. Ce triage doit être pensé …

De l’innumérisme au sein de nos institutions ?

3 mai 2021
par Benoit Soulié
Benoit Soulié médecin généraliste (14) et maître de stage des universités Lutter contre l’innumérisme de la société civile et des professionnels de santé devrait être la priorité des autorités de …

Et au milieu coule une filière…

28 octobre 2020
par Patrick Dubreil
Patrick Dubreil Médecin généraliste Lettre ouverte à Jérôme Salomon et Katia Julienne de la Direction générale de la santé Le 26 octobre 2020 Chère Katia, Cher Jérôme C’est un fou qui dit à un autre …