Droit au séjour des étrangers malades

communiqué de la société française de santé publique

La nouvelle version adoptée au Sénat prévoit que le titre de séjour ne pourra être accordé qu’en cas d’ « absence » du traitement approprié dans le pays d’origine.

SANTE/MIGRATION

Le 14 avril, le Sénat a achevé l’examen en séance publique du texte sur le projet de loi relatif à l’immigration, l’intégration et la nationalité. _ L’examen a notamment abouti sur un accord concernant l’encadrement du droit au séjour des étrangers gravement malades. L’article 17 ter, qui prévoyait l’expulsion des étrangers en situation irrégulière souffrant d’une pathologie grave si une prise en charge était « disponible » dans le pays d’origine, avait tout d’abord été supprimé en première lecture par le Sénat. Rétabli lors de la seconde lecture par l’Assemblée nationale, la nouvelle version adoptée au Sénat prévoit que le titre de séjour ne pourra être accordé qu’en cas d’ « absence » du traitement approprié dans le pays d’origine.
Le texte précise que les « circonstances humanitaires exceptionnelles » pourront être prises en compte par les autorités administratives.

Les associations Act-up Paris, Aides et Comède se sont associées, dans un communiqué, pour dénoncer un durcissement du texte préjudiciable aux étrangers malades bénéficiant du dispositif actuel, qui risqueraient l’expulsion et l’interruption des traitements. En effet, des médicaments comme les antirétroviraux, s’ils sont présents dans quasiment tous les pays du monde, demeurent souvent inaccessibles à la majorité de la population.

dimanche 8 mai 2011


fs@sfsp.info
Flash Email N°16-2011 du 22 avril 2011

Lire aussi

« Ségur de la santé » : le cercle de la raison sanitaire

3 juin 2020
par Frédéric Pierru
Frédéric Pierru Sociologue « C’est curieux, chez les marins, ce besoin de faire des phrases. » Michel Audiard, Les Tontons flingueurs. Le pouvoir macroniste recourt, depuis son accession au trône de …

J’ai décidé de démissionner, car ce que je fais n’est plus éthique.

23 janvier 2020
Pr Agnès Hartemann, Cheffe du service de diabétologie à l’hôpital de la Pitié. « Le cauchemar a commencé quand on a commencé à nous dire : « Il va falloir que vous produisiez du séjour », alors qu’on …

Où vont la Grèce et sa Santé ?

12 juin 2019
par Manolis Kosadinos
Manolis Kosadinos Psychiatre Dans cette période d’élections potentiellement fatales pour la Grèce, je m’interroge sur la pertinence du rapport du périple électoral que j’ai effectué en tant que …