Défendre et juger sur le tarmac

Défendre et juger sur le tarmac : Tribune de l’Observatoire de l’Enfermement des Étrangers, parue dans Libération, co-signée entre autres par Anne Perraut Soliveres au nom de la revue Pratiques

PAR DES MAGISTRATS ET DES MILITANTS POUR LES DROITS DE L’HOMME

Au mois de septembre sera inaugurée une annexe du Tribunal de grande instance (TGI) de Bobigny au bord des pistes de l’aéroport de Roissy.

Pourquoi ce lieu incongru pour rendre la justice ? Parce que cet aéroport recèle le plus important lieu de détention d’étrangers (une « zone d’attente » dite Zapi) dans lequel sont enfermés, chaque année, des milliers de personnes (8 541 étrangers ont été placés en zone d’attente en 2011 dont près de 80 % à Roissy) empêchées d’entrer en France, parfois arbitrairement, par la Police aux frontières (PAF). La durée de cet enfermement est de quatre jours et peut être prolongée, à la seule demande de la PAF, par un juge judiciaire, le Juge des libertés et de la détention (JLD).(...)

mercredi 5 juin 2013, par Pratiques. Les cahiers de la médecine utopique

Documents joints

Lire aussi

Si Orwell avait eu la chance de décrypter les politiques de santé contemporaines

7 janvier 2022
par Marie-José Del Volgo, Frédéric Pierru
George Orwell fut un intellectuel, un journaliste et un militant engagé, dans la Guerre d’Espagne, dans la critique de la misère des mineurs, et surtout contre les intellectuels stalinistes à …

La science médicale et l’oubli du patient

10 mai 2016
par Pascal Caboret
Avec le statut accordé à l’anatomie pathologique, la médecine anatomo-clinique remet sur pied ce qui marchait la tête en bas. Comme cela est bien joué ! En articulant le regard clinique avec une …

Puisque vous êtes là et moi aussi, on regarde ?

5 octobre 2014
par Elisabeth Maurel-Arrighi
ll est des choses que les patients appréhendent, dont ils n’osent pas parler, même s’ils savent que ce serait utile. Pour certains, il y a la peur du diagnostic, de l’éventuelle gravité, il y a aussi …

Étrangers malades : le projet de loi s’est durci

11 mai 2011
Le droit au séjour pour raisons médicales ne sera accordé qu’aux migrants originaires de pays où les traitements sont « absents ».