Circulez, il n’y a rien à voir

Marie Kayser,
Médecin généraliste.

« Nous sommes à la tête de 265 000 résultats d’analyses qui prouvent l’absence d’impact de l’incendie sur l’environnement et la santé ».
C’est ce que vient de déclarer le 23 septembre la présidente de Lubrizol France un an après l’incendie de l’usine d’additifs chimiques Lubrizol et de Normandie Logistique, l’entrepôt voisin.
Pourtant cet incendie a « déversé dans l’environnement 10 000 tonnes de produits chimiques, dont la toxicité est attestée par 479 fiches de sécurité faisant état d’un large éventail de substances cancérogènes, reprotoxiques et mutagènes, toxiques pour les organismes aquatiques, pouvant provoquer des troubles neurologiques... » [1]
Des prélèvements ont bien été faits dans l’environnement, à la charge des entreprises par un bureau d’études choisi par celles-ci, mais l’administration n’a organisé au décours de l’accident aucune campagne de prélèvements auprès de la population générale, ni des publics plus vulnérables (enfants, femmes enceintes, personnes âgées ou atteintes de pathologies respiratoires ou cardiaques) ni des publics spécifiques ayant été particulièrement exposés (personnes intervenues sur le site de l’incendie). Aucun registre de suivi des grossesses, ni des maladies favorisées par les produits répandus par l’incendie n’a été mis en place. Il n’existe même pas de registre des cancers en Normandie [2]
Ces études et registres sont des revendications portées par le Collectif unitaire Lubrizol

Affirmer qu’il n’y a pas d’impact est un mensonge de la part de l’entreprise.
Ne pas mettre en place d’études pour évaluer l’impact au long terme du cocktail de produits toxiques dégagés par l’incendie est une faute de la part de l’état.


Début 2019, s’étant rendu compte que des cancers étaient diagnostiqués chez plusieurs enfants du secteur de Sainte Pazanne, et pour certains de la même école, des habitant.e.s ont créé le collectif Stop au cancer de nos enfants. Ce collectif mène en réseau un véritable travail de recherche, et d’interpellation des autorités sanitaires et se heurte à l’incapacité des agences sanitaires à enquêter sur l’effet cocktail de l’exposition à différents toxiques qu’ils soient chimiques ou physiques [3].
En novembre 2019, suite à la mobilisation du collectif, l’Agence régionale de santé des Pays de la Loire (ARS) et Santé publique France (SPF) déclaraient « L’analyse épidémiologique valide le fait que le nombre de cancers pédiatriques sur le secteur des 7 communes sur la période 2015-2019 est plus important que ce que l’on observe en moyenne en France ».
SPF annonçait le même jour qu’elle cessait l’enquête car un questionnaire épidémiologique n’avait pas mis en évidence de « cause commune identifiée ».
Quant à l’ARS, elle poursuivait le travail de « lever de doute » par des prélèvements ciblés au niveau de l’école et des familles.
Ces mêmes agences publiques viennent de déclarer le 23 septembre 2020 : « L’analyse statistique conclue à l’absence d’un risque anormalement élevé de cancers pédiatriques sur le secteur de Sainte-Pazanne par rapport au reste du département ».
La période prise en compte pour cette nouvelle analyse statistique est maintenant 2005-2018 et le périmètre est le département.

Un cluster peut-il disparaître en changeant la période d’étude ou le périmètre de référence ?

Lubrizol-Sainte-Pazanne, deux versants d’une même problématique au niveau sanitaire et environnemental, celle de la toxicité chronique et de l’effet cocktail des produits, celle de l’absence de véritable politique au service des citoyens.


dimanche 27 septembre 2020, par Marie Kayser


[1Voir le dossier très complet du n° 13 de la revue Z  : Rouen Fumées noires et gilets jaunes

[2Voir l’enquête de Jade Lindgard sur Médiapart : Lubrizol, un silence d’État, 24 septembre 2020.

[3Voir l’interview de Marie Thibaud du collectif Stop aux cancers de nos enfants, revue Pratiques N° 88, janvier 2020.


Lire aussi

Aveugles et Sourds

28 février 2021
par Marc Gourmelon
Marc Gourmelon Médecin, membre du collectif Cancer Rose Où en sommes-nous aujourd’hui en France, avec le dépistage du cancer du sein par mammographie chez les femmes âgées de 50 à 74 ans sans risque …

Il y a tri et tri

17 décembre 2020
par Serge Sadois
Maintenant, dans cette clinique-là, pour aller faire une coloscopie, il faut aussi faire un test Covid. Pas de chance, celui-ci est revenu positif et dans ce cas-là, les examens sont …

Covid : et si on parlait santé ?

5 décembre 2020
par Marie Kayser
Marie Kayser Médecin généraliste Le 2 décembre 2020 Soigner n’est pas contraindre Prendre soin de soi et des autres, oui mais encore faut-il en avoir les moyens et ne pas être infantilisé.e.s. …

Victoire de Paul François contre Monsanto

5 novembre 2020
par Marie Kayser
Marie Kayser, Médecin généraliste. Une nouvelle importante et réjouissante : Paul François, l’agriculteur qui avait été victime en 2004 d’une intoxication aiguë au Lasso°, pesticide produit par la firme …