Ces infos me saoulent, elle vont finir par me faire avaler mon petit-déjeuner de travers...

les informations ça commence toujours par la bourse... combien de gens écoutent ça... qui donc arrive à vivre de ce truc-là ? Moi, je travaille pour gagner ma croûte. pourquoi ceux là qui gagnent des sous à ne rien foutre d’autre que de jouer au poker, on ne les taxe pas ? pourquoi on donne des sous aux banquiers et dans le même temps on diminue les minima sociaux...

Sylvie vous fait partager son petit déjeuner : savoureux !

8 h 55 – La tête encore ensommeillée, je prépare avec application mon petit-déjeuner. J’ai allumé la radio.
9 h 00 – c’est les informations : Je commence par entendre l’information boursière, les cours qui montent et qui descendent. Je n’y comprends pas grand-chose et cela ne me concerne pas. N’empêche que les informations ça commence toujours par la bourse. Combien de gens écoutent ça ? Une majorité ou une minorité ? Mais qui donc arrive à vivre de ce truc-là, sans rien faire d’autre que d’avoir misé de l’argent à ce poker ? Moi je travaille pour gagner ma croûte. Certes je travaille moins pour gagner moins et vivre mieux. Mes économies sont placées sur un livret A, un compte épargne logement et une Assurance-Vie, qualifiée de très prudente parce que ne comprenant pas d’entreprises cotées en bourse. J’ai toujours mis un point d’honneur à ne pas toucher à ça. Si des gens gagnent à ce truc là et gagnent beaucoup, sûr que d’autres perdent et perdent beaucoup. Puis j’entends parler de rigueur, d’austérité. Tous les matins c’est pareil, la radio nous rebat les oreilles de ces plans dans tous les pays d’Europe qui vampirisent les gens moyens, augmentent à tout va la pauvreté, mettent sur le pavé des chômeurs. On diminue ou on gèle les salaires des fonctionnaires que l’on ne remplace plus. On augmente le nombre de trimestres pour parvenir à la retraite ainsi que l’âge pour y parvenir et on vide les réserves. On augmente impôts et TVA, on diminue la protection sociale. Pourquoi je n’entends jamais parler de taxer les revenus boursiers ? Pourquoi ceux-là qui gagnent des sous à ne rien foutre d’autre que de jouer au poker, on ne les taxe pas ? Pourquoi on donne des sous aux banquiers et dans le même temps on diminue les minima sociaux et on radie à tout va de l’ANPE ? il y a quelque chose que décidément je ne comprends pas. Comment y font leurs comptes ces gens là ? Y voit pas qu’en installant des flics dans les établissements scolaires, des portiques de détection, en augmentant le mal-être des écoliers et des professeurs qui doivent se soigner quand ils ne se suicident pas, on augmente les coûts bien plus que si l’on avait gardé les surveillants et les professeurs, qui auraient un salaire et cotiseraient... Y voit pas que d’arrêter les sans-papiers, les mettre en tôle ou en centre de rétention, en les renvoyant par avion, cela coûte plus cher que de les loger, les nourrir et leur donner du travail et des salaires qui amèneraient des cotisations. Ces infos me saoulent, elle vont finir par me faire avaler mon petit-déjeuner de travers, alors j’éteins le poste et j’écoute les oiseaux chanter.

lundi 13 septembre 2010, par Sylvie Cognard

Lire aussi

« Petit… deviendra grand » - Accompagner l’autonomisation de l’enfant ?

4 août 2015
par Alain Quesney, Marie Vaillant Godallier
« Adieu, vous que j’aimais. Ce n’est point ma faute si le corps humain ne peut résister trois jours sans boire. Je ne me croyais pas prisonnier des fontaines. Je ne me soupçonnais pas une aussi courte …

Faire son deuil

21 novembre 2014
par Jean-Pierre Lellouche
Je n’ai jamais aimé cette expression « faire son deuil ». Je ne la comprenais pas, je ne la « sentais » pas. Elle ne me « parlait » pas. Lorsque je pensais à ceux de mes proches qui étaient morts et …

Puisque vous êtes là et moi aussi, on regarde ?

5 octobre 2014
par Elisabeth Maurel-Arrighi
ll est des choses que les patients appréhendent, dont ils n’osent pas parler, même s’ils savent que ce serait utile. Pour certains, il y a la peur du diagnostic, de l’éventuelle gravité, il y a aussi …

Un petit square

16 septembre 2010
par Didier Ménard
Il y a sur les bords de la Seine un petit square que j’affectionne particulièrement. C’est là que je m’arrête parfois pour y déposer mes émotions impartageables. Je m’interdis de ramener à la maison la …