APHP : chantage envers des médecins, précarité accrue pour les patients

communiqué de presse du 2 juillet 2010

L’un des plus anciens réseaux de santé : ARèS92, qui intervient pour des patients vivant avec le VIH, usagers de drogues ou en situation de précarité, se voit supprimer les vacations de ses médecins coordinateurs, au prétexte de la diminution du déficit de l’hôpital. Or, ses missions sont celles du service public.

L’assistance Publique des Hôpitaux de Paris veut diminuer ses postes de médecins. Elle s’attaque donc aux plus « fragiles » d’entre eux : les vacataires. Ainsi la direction de l’hôpital Louis-Mourier de Colombes (Hauts-de-seine) convoque-t-elle les 10 médecins du réseau de santé ARèS92 (chacun avait une vacation, soit environ 300 euros net par mois) pour leur signifier leur licenciement.
Ce réseau de santé, l’un des plus anciens, créé en 1992, s’occupe de la prise en charge des patients vivant avec le VIH (à ce titre, il a bien déchargé l’hôpital en formant des médecins de ville), des usagers de drogue et des personnes vivant en situation précaire.
Les vacations de ces médecins (généralistes des villes avoisinantes) servaient à la coordination, aux actions de prévention, à la formation, à la recherche et à l’enseignement sur ces thématiques, dans un bassin de vie très défavorisé (le nord des Hauts-de-Seine, avec les villes de Gennevilliers, Colombes, Nanterre, Villeneuve la Garenne,…).
La suppression de ces moyens intervient alors que le gouvernement annonce l’augmentation de l’enveloppe pour les missions d’intérêt général de l’hôpital, (MIGAC).
La fin justifiant les moyens, le scandale ne s’arrête pas là. En effet, ces diminutions de postes sont assorties de chantage pour les 3 médecins du réseau travaillant par ailleurs à l’hôpital. On les menace d’un licenciement de la totalité de leur fonction, s’ils ne rendent pas cette vacation faite pour le réseau ARèS92. Or, l’une travaille à temps plein dans le service de médecine interne auprès de patients vivant avec le VIH, un deuxième travaille à mi-temps à l’Equipe Mobile de Coordination et d’Intervention auprès des Malades Usagers de Drogue (ECIMUD). Le cas de la troisième est particulier : elle est praticien hospitalier contractuelle au Centre d’IVG et de contraception, et de ce fait moins vulnérable (du fait de son statut et de la question sensible de l’IVG), mais on lui demande de renoncer à une consultation d’accès aux soins faite dans un lieu d’accueil de jour à Gennevilliers qui reçoit des personnes sans domicile fixe et exclues.
Si ces trois médecins renoncent à leur activité c’est, en plus de la perte d’une partie de la coordination des actions du réseau ARèS92 en ville, une perte dramatique de moyens pour soigner des patients fragiles, en difficulté, et en situation de plus en plus précaire. Ce qui pourtant est l’une des missions de l’hôpital…

Nb : Les médecins vont se voir offrir 2799,60 euros d’indemnités de licenciement, correspondant à 10 mois de vacations, ce qui n’aurait pas été nécessaire en cas de non renouvellement de leur contrat, à échéance dans quelques mois pour certains. Or ces contrats sont renouvelables par tacite reconduction car le besoin qui les justifie existe toujours…

les médecins d’ARèS92
MIGAC et précarité

Pour tout renseignement complémentaire vous pouvez contacter :
Dr Martine LALANDE : 06 03 36 66 17
Pr Michel NOUGAIREDE : 06 60 87 92 92
Dr Jean-François PERDRIEAU : 06 22 14 72 23

lundi 5 juillet 2010


ARèS 92
36, rue Pierre Timbaud - 92230 Gennevilliers
Tél : 01 46 49 36 36 - Fax : 01 47 92 05 04
www.ares92.org

Lire aussi

Les psychologues dans la toile d’araignée des nudges du gouvernement

3 août 2022
Suite à l’enquête du Manifestepsy quant au changement de code NAF * des psychologues les incitant à se placer sous tutelle médicale Roland Gori a réagi par le texte suivant. Roland Gori …

La permanence des soins est un service public à pérenniser

3 janvier 2018
par Patrick Dubreil
Patrick Dubreil Médecin généraliste. Je suis arrivé au Centre d’accueil de la permanence des soins (CAPS) de Châteaubriant le samedi 30 décembre 2017 à midi pour prendre ma garde. Cet endroit est situé …

Ça gaze pour les personnels de l’APHP !

5 octobre 2017
Nos camarades du Syndicat Sud Santé, collaborateurs réguliers de Pratiques, se sont fait gazer avec la dernière violence par la police, alors qu’ils s’étaient réunis pour protester pacifiquement contre …

Quelques mots de patients

21 décembre 2012
Une patient réagit au dossier sur l’erreur médicale - Pratiques n° 59 - en évoquant le cas d’une erreur dans une prise en charge d’ordre psychologique. Ci-joint : Quelques mots de …