Maladies professionnelles : comment aider les patients ?

Prendre le temps de les informer

Marie Kayser répond à Mady Denantes, au sujet des la prise en charge des maladies professionnelles, et des ressources pour aider les patients et essayer d’avancer.

J’essaie moi aussi de travailler le plus en amont possible sur les dossiers pour lesquels je pense que cela va être difficile et je contacte toujours le médecin du travail (si le patient est d’accord)

Pour ce que tu dis sur reconnaissance en MP et invalidité : c’est vrai et c’est ce que disent toujours aux internes les médecins conseils des caisses (on peut se demander où se situe le conflit d’intérêt)
-  les séquelles de MP ou d’AT sont moins bien indemnisés que les accidents de droit commun, l’IPP ne prend pas en compte l’indemnisation de la douleur subie (pressium doloris je crois), la valeur de l’IPP est divisée par 2 pour le calcul de la rente ou du capital. Par ailleurs (contrairement aux accidents de droit commun) le montant de la somme versée dépend du salaire antérieur... et donc si le salaire n’est pas élevé (mais c’est la même chose pour l’invalidité) ce n’est pas forcément avantageux pour le patient.
-  Le handicap mis en cause et indemnisé en AT MP ne pourra plus être utilisé pour l’invalidité , mais il peut s’additionner à celle-ci (si le patient a droit à l’invalidité pour d’autres motifs)

Inversement (cf. le tableau comparatif que j’avais joint en PJ) sur le plan financier, les indemnités journalières sont plus élevées en AT MP qu’en maladie, la déclaration entraine une enquête de la caisse et éventuellement de l’inspection du travail sur les conditions de travail, le recours à l’agefiph pour aménagement de poste est possible en AT MP sans avoir besoin de reconnaissance TH, le licenciement pendant l’arrêt est quasi impossible et sur le plan santé et travail ce sont les déclarations en MP et celles en maladie à caractère professionnelle qui permettent d’avancer.

Les assistantes sociales des caisses peuvent aider à débrouiller un peu la question et voir quels sont les avantages mais une fois que la MP est déclarée et reconnue, il n’y a pas de retour arrière.

Donc c’est bien compliqué et nécessite de prendre du temps avec le patient pour expliquer tout cela, y compris les attitude de rétorsions psychologiques que peuvent faire peser sur lui son employeur suite aux enquêtes de la caisse et la ténacité qu’il faut avoir pour monter les dossiers (avec d’autant moins de tracas si on déclare selon les règles : libellé du tableau exact ...c’est ce qu’on essaie aussi d’apprendre aux internes)

samedi 2 juillet 2011, par Marie Kayser


échange sur la liste du comegas : collectif de médecins généralistes pour l’accès aux soins

Lire aussi

Proposition de loi sur le burn-out

21 février 2018
par Alain Carré
L’assemblée Nationale a rejeté, jeudi 1er février 2018, la proposition de loi N° 156 « sur le burn-out visant à faire reconnaître comme maladies professionnelles les pathologies psychiques résultant de …

Accident du travail - maladie professionnelle - maladie - invalidité - handicap

1er octobre 2017
par Elisabeth Pénide
Le SMG publie un guide pour trouver sa voie dans le labyrinthe... Un document utile pour tout professionnel du soin ou du social pour aider la personne handicapée par le travail ou la maladie à …

Instruire cliniquement les déterminants de la Souffrance au travail

30 juin 2017
par Dominique Huez
http://www.sante-et-travail.fr/page...

Bibliographie santé et travail

17 février 2017
Cette bibliographie a été élaborée collectivement par les adhérents du SMG avec en particulier sur la clinique médicale du travail l’apport de Dominique Huez, médecin du travail et membre de …