36e congrès de l’Union Syndicale de la Psychiatrie à Rouen du 4 au 6 juin 2021

Les libertés

À l’heure de la pandémie de Covid-19 qui n’en finit pas, nous sommes toujours et sans cesse entravés dans nos vies : confinés, déconfinés, reconfinés, masqués, sous couvre-feu, privés de relations sociales, privés de convivialité, de toucher, de rencontres familiales, amicales, amoureuses.
Certains en paient le prix fort : les étudiants, les jeunes, les personnes âgées, les plus démunis. Ces derniers sont en plus privés d’accès aux soins, ont été touchés par une mortalité plus élevée que les autres et ont subi des conséquences socioéconomiques plus marquées.
Pendant ce temps-là, alors que le Ségur de la santé a été une farce, la destruction des hôpitaux se poursuit, les lits continuent de fermer et en psychiatrie, les rapports tombent les uns après les autres, préconisant d’aller toujours plus loin dans l’annihilation de la psychiatrie de secteur, épousant les propositions contenues dans la réforme du financement qui s’appliquera dès 2022.
L’introduction d’une dotation à l’activité va bouleverser les manières de travailler et laissera sur le côté les patients nécessitant des soins dans la durée. C’est la dictature de l’économie sur le soin qui est en marche.
À cette heure, les pratiques d’isolement et de contention, en augmentation croissante dans les unités d’hospitalisation, sont légitimement interrogées mais de façon bien cavalière par l’article 84 de la Loi de financement de la Sécurité sociale. Nous débattrons dans ce congrès de ces situations de privation de liberté et leurs conséquences sur les patients et les professionnels.
Nous analyserons cet article 84 sur la contention, qui a le mérite d’introduire l’autorisation du juge des Libertés et de la Détention sur cette pratique, mais de façon facultative et ne résout en rien sa persistance.
Enfin nous débattrons de la pente autoritaire sur laquelle s’est engagée le gouvernement par ses pratiques répressives et les lois liberticides qui s’accumulent sous couvert d’état d’urgence.
Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre Etat-providence ne sont pas des coûts ou des charges, mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché.
Emmanuel Macron, 12 mars 2020

vendredi 23 avril 2021

Documents joints

Lire aussi

L’enfant au risque de la norme

19 février 2024
Le 2 décembre 2023 la Fédération des Orthophonistes de France a inauguré son Syndicat Régional de Nouvelle-Aquitaine. À cette occasion Isabelle Canil, orthophoniste, a suivi l’enfant au risque de la …

Communiqué
 : Union Syndicale des Médecins de Centres de Santé – Syndicat de la Médecine Générale

7 mars 2023
6 mars 2023 Une réforme qui dégrade notre santé ? Non ! Améliorer les retraites, oui ! Améliorer la protection sociale des personnes vivant dans la pauvreté : c’est une nécessité pour leur …

Collectif(s) ! , 37e congrès annuel de l’USP

6 février 2022
Le 37e congrès de l’USP sera Collectif(s) les 25, 26 et 27 mars 2022, à l’AGECA, 177 rue de Charonne, Paris 11, métro Alexandre Dumas. ARGUMENT Collectif(s) ! À l’heure où la tentation du …

26e congrès de l’USP : Les Tant Modernes - La psychiatrie dont nous ne voulons pas, les 18, 19 et 20 mars 2011 à Caen

1er mars 2011
Pouvons-nous imaginer une autre modernité, au-delà de la modernité des temps modernes, de l’efficience, productivité, organisation, de la mise en case, liste… Une modernité où le progrès serait …