Stop à la maltraitance des personnes exilées dans le Calaisis

Depuis lundi 11 octobre 2021, trois personnes ont entamé une grève de la faim à Calais pour dénoncer « la situation inhumaine qui s’inscrit dans le Calaisis » et « l’escalade de la violence de l’État. [1] [...]

Nous assistons quotidiennement à des formes de violences psychologiques et physiques à l’encontre des personnes exilées : expulsions toutes les 48h voire quotidiennes ; confiscation et destruction des effets personnels ; multiplication des arrêtés anti-distribution de nourriture et d’eau ; humiliations ; coups et blessures de la part des forces de l’ordre ».

Les grévistes formulent trois demandes :
· Suspension des expulsions quotidiennes et des démantèlements de campements durant la trêve hivernale ;
· Durant cette même période, arrêt de la confiscation des tentes et des effets personnels des personnes exilées ;
· Ouverture d’un dialogue citoyen raisonné entre autorités publiques et associations non mandatées par l’État, portant sur l’ouverture et la localisation de points de distribution de tous les biens nécessaires au maintien de la santé des personnes exilées.

La revue Pratiques appelle à signer la pétition de soutien aux demandes des grévistes de la faim
Elle relaie le communiqué de presse du SMG qui :
-  dénonce la politique anti-migratoire de plus en plus violente et contraire à la loi [2] et aux droits humains menée par l’État français [3] et l’Union européenne.
-  demande la fin de la chasse aux sans-papiers et de leurs défenseur·euses [4], l’extension du droit d’asile, la facilitation de l’accès à la justice et aux droits sociaux et leur extension pour toutes et tous (droits aux soins, au travail, au logement, à l’alimentation, à l’eau potable, à la sécurité...) dans le cadre du droit commun, seul garant d’égalité [5].


Témoignage d’exilés.

Jour après jour, nous appelons. Mais personne ne nous entend. C’est le langage de nos cœurs ici à Calais, Calais est une très belle ville, mais nous vivons simplement derrière un rideau de beauté. Nous ne pouvons voir les lumières ni de la vérité, ni de la liberté, ni de la sécurité à Calais.

Nous sommes venus dans cette ville parce que nous avons un petit objectif. Nous vivons dans l’espoir que demain sera peut‑être meilleur. Mais nous devons demander, pourquoi l’univers ne nous permet pas d’atteindre notre futur, notre liberté, notre sécurité ?

Chaque matin à Calais, il y a une nouvelle épreuve. Nous vivons en sachant que nos amis qui sont avec nous aujourd’hui ne seront peut‑être plus avec nous demain. La mort est dans nos yeux, la peur et l’anxiété ne quittent pas nos esprits.

Nos vies sont pleines d’histoires, mais elles sont très tristes et douloureuses.

Aujourd’hui, nous avons perdu le sourire de notre cher frère Yasser. Hier encore, il jouait avec nous.

Nous marchons sur les routes pendant la journée mais la peur ne nous quitte pas. Puis nous essayons de manger mais nous ne goûtons que la tristesse. Nous buvons de l’eau mais, nous n’étanchons pas notre douleur. Quand la nuit arrive à Calais, c’est calme. Nos yeux essaient de se reposer mais nous n’avons pas d’endroit pour dormir. Tout cela parce que nous avons un petit objectif.

La police de Calais.
Nous nous demandons de temps en temps pourquoi toute cette cruauté de votre part ? Vous savez que nous ne sommes pas vos ennemis.

Nous vivons dans les bois, loin de vos yeux, parce que nous vous craignons. Pourtant vous venez tôt le matin et prenez nos affaires de fortune comme s’ils n’étaient rien pour vous mais vous savez très bien qu’ils sont tout pour nous. Nos maisons. Sans humanité, vous nous laissez à l’air libre avec le froid qui nous pince et la pluie sur nos têtes comme si nous n’étions pas des êtres humains.

Puis si nous essayons de partir pendant que vous détruisez nos biens, nous sommes battus et gazés par certains de vos membres. Ensuite, vous nous faites monter de force dans des bus du gouvernement en direction d’endroits lointains que nous n’avons jamais vus auparavant, en prétendant que tout cela est pour notre "protection’’ Pourquoi ne nous demandez‑vous pas notre avis avant ?

Les chauffeurs routiers.
Lors de nos tentatives de passage de la frontière en camion, nous subissons des blessures répétées qui entraînent des fractures, des blessures graves voire la mort. Nous pensons que chaque blessure que nous avons reçue avait une intention délibérée de la part des chauffeurs.

C’est clair, lorsque vous, le conducteur, remarquez qu’un réfugié se trouve dans le camion, vous secouez le camion et appuyez sur les freins encore et encore jusqu’à ce que nous lâchions prise. Vous savez que nous allons tomber et nous casser une épaule, une main, une jambe ou la colonne vertébrale. Mais cela ne vous suffit pas. Lorsque nous tombons au sol, vous nous frappez sérieusement. Vous vous éloignez et continuez votre chemin, Quand nous ouvrons les yeux, nous sommes à l’hôpital, encore une fois. Pourquoi ne pouvons‑nous pas continuer notre voyage.

Les organisations humanitaires et l’aide médicale à Calais.
Nous profitons de cette occasion pour remercier chaleureusement les personnes qui portent les vestes d’aide humanitaire à Calais. Merci pour le travail que vous faites encore et encore. Vous sauvez la vie de nos frères et sœurs blessés. Nous vous devons beaucoup. Nous remercions également nos frères et sœurs des organisations qui nous aident en nous fournissant de la nourriture, de l’eau et des douches.

Pour Yasser.
De la part des exilés de Calais, 2021.


vendredi 22 octobre 2021

Lire aussi

Communiqué du SMG du 26 juillet 2021

3 août 2021
Epidémie de Covid, vaccination, isolement : OUI à la CONCERTATION, NON à l’OBLIGATION ! Non à la nouvelle loi de gestion de la crise sanitaire ! Le SMG rejoint les voix de l’Union Syndicale de la …