Pas de bébé à la consigne !

Les professionnels de la petite enfance dénoncent la braderie des modes d’accueil.

Le 8 avril est venu "confirmer la vigueur d’un mouvement
d’une ampleur inédite dans le secteur de la petite
enfance
"(AFP)

En effet professionnels et parents ne lâchent rien face aux
contre-vérités énoncées par Mme Morano :

-  oui, les taux d’encadrement actuels demeurent mais ils deviennent théoriques, contournés par l’accueil en surnombre de 120% et, dans les jardins d’éveil, où le taux d’encadrement sera de 1 pour 12 au lieu de 1 pour 8 ;
-  non, la baisse du quota de professionnel-le-s les plus qualifié-E-s ne favorise pas les titulaires d’un CAP petite enfance mais déqualifie globalement des métiers exercés essentiellement par des femmes, au mépris de leur promotion professionnelle ;
-  non, le gouvernement ne crée pas 100000 places d’accueil collectif, 37000 l’étant par « l’amélioration du taux d’occupation »... qui correspond au surnombre de 120% ; simultanément il détruit des milliers de places en école maternelle pour les enfants de 2 à 3 ans ;
-  oui, le temps de formation initiale des assistantes maternelles pourrait être réduit de moitié et le projet de Maisons d’Assistantes Maternelles (MAM) créerait des structures collectives sans norme de fonctionnement.

Nous parlons du bien-être des bébés, on nous répond optimisation du taux d’occupation.
Le président de la République
n’avait pas annoncé aux parents
qu’augmenter l’offre d’accueil se
traduirait par la dégradation de la
qualité d’accueil des tout petits.
Un gouvernement qui reste sourd à
la mobilisation exceptionnelle de la
petite enfance, c’est un gouvernement qui
n’aime pas les bébés et méprise parents & professionnels ! Le
président de la République va-t-il enfin prendre des décisions
favorables à la cause des enfants et en faveur d’un accueil de
qualité ?

Nous décrétons l’ALERTE GÉNÉRALE pour la petite enfance et adressons solennellement au président de la République notre exigence :
-  de retrait du nouveau décret sur l’accueil collectif et de la
proposition de loi sur les Maisons d’Assistantes Maternelles ;
-  d’exclusion des modes d’accueil de la directive « Services » ;
-  de rétablir les postes d’enseignants supprimés en maternelle
-  d’un PLAN D’URGENCE pour la Petite Enfance.

pas de bébé à la consigne

samedi 26 juin 2010


Voir en ligne : http://www.pasdebebesalaconsigne.com


Après une journée de grève générale de la petite enfance le 6 mai, le Collectif appelle parents et professionnels à une manifestation nationale le 29 mai
(voir leur site)

Documents joints

Lire aussi

Des « Assises » pour la santé mentale et la psychiatrie ?

24 septembre 2021
par Éric Bogaert, Pratiques. Les cahiers de la médecine utopique
Voilà ce qu’en dit le site du ministère des solidarités et de la santé en date du 16/09/21 : « Annoncées dès janvier 2020 (sic ; en un autre endroit cette annonce est datée de janvier 2021) par le …

Être aux ordres ne fait pas partie des vœux de la psychiatrie publique

5 janvier 2018
L’Union Syndicale de la psychiatrie (USP) et le Syndicat des Psychiatres des hôpitaux (SPH) viennent de sortir un communiqué de presse commun pour dénoncer le rôle que l’état veut faire jouer aux …

Pétition à signer : « Plan d’urgence pour l’accueil de la petite enfance »

6 mai 2011
Depuis deux ans, le collectif « pas de bébés à la consigne »* se mobilise avec les parents, les professionnels, les citoyens et de nombreux élus, pour développer les modes d’accueil de la petite enfance …

Maternité de Die : Un nouvel anniversaire.

23 janvier 2011
Une maternité à taille humaine, dans la Drôme, dont l’avenir est menacé.