Où accoucherez-vous à Paris ?

les maternités de l’APHP en cours de restructuration

La mode est au regroupement d’hôpitaux à l’Assistance Publique de Paris, où les services sont fusionnés dans des GHU : groupes hospitaliers universitaires, pour concentrer les moyens techniques et théoriquement assurer plus de sécurité aux patient-es par un accès à des plateaux médicaux de pointe...

On peut se demander quelles seront les conséquences de ces restructurations sur l’accès aux soins, sachant que :
-  les regroupemens se font au mieux avec le même personnel, le plus souvent avec une réduction de personnel (ce qui entre dans les objectifs de réduction des dépenses) donc pas plus de places dans le public alors qu’il en manque déjà cruellement
-  les regroupements se font forcément au détriment de la proximité

Ainsi que sur la qualité de la prise en charge :
-  les objectifs d’activité sont augmentés, avec moins de personnel, donc moins de temps pour s’occuper des femmes
-  certains hôpitaux sont déjà saturés, avec une activité plus importante que ce que leur permet leur capacité (plus de patientes que de lits...) ce qui laisse prévoir des sorties plus que rapides

Après avoir traversé la moitié de Paris (et accouché dans la voiture ?) vous serez sommée de sortir au bout de 48 heures avec votre petit-toutpetit
En espérant que la course à l’accouchement vous aura permis d’échapper aux possibles complications
et que vous avez un bon médecin en ville capable de vous suivre vous et votre « crevette » et de savoir juger s’il faut retourner à l’hôpital si le programme rapide prévu n’a pas bien fonctionné

A quand un vrai programme de suivi en ville et acouchement à domicile puisque l’hôpital devient inaccessible ou digne de la fabrique à bébés ?

document de la DPM sur la périnatalité

dimanche 16 mai 2010


Ce document officiel de la Direction de la Politique Médicale de l’APHP nous a été transmis par les syndicats et permet d’entrevoir les projets de regroupement et de restructuration des différents hôpitaux dans les années à venir, et d’en déduire les complications à prévoir pour les femmes et couples ayant besoin de l’hôpital pour accueillir leurs enfants

Documents joints

Lire aussi

Journal d’épidémie

14 août 2020
par Benoit Marsault
Benoît Marsault, Psychiatre Heureusement que de journal, il n’y en a pas que de « télévisé »… Lundi 16 mars 2020 Hier s’est tenu le second tour des élections municipales. Il a fait très beau, « les …

J’ai décidé de démissionner, car ce que je fais n’est plus éthique.

23 janvier 2020
Pr Agnès Hartemann, Cheffe du service de diabétologie à l’hôpital de la Pitié. « Le cauchemar a commencé quand on a commencé à nous dire : « Il va falloir que vous produisiez du séjour », alors qu’on …

Décontractez-vous…

30 novembre 2014
par Martine Lalande
L’examen gynécologique est une épreuve particulière, et la plupart des femmes ne l’apprécient pas. Mais il faut bien le faire, n’est-ce pas, et l’apprendre aux étudiants qui, même s’ils l’ont expérimenté …

« Pourquoi vous vous engagerez à rétablir le droit au séjour pour soins »

27 mai 2011
Après les restrictions du droit au séjour pour les malades étrangers. Act Up-Paris