Manifeste pour la santé, la sécurité au travail et la justice sociale : passons à l’offensive !

Ce manifeste est issu d’une initiative regroupant des syndicats et associations à la fois de travailleurs et de soignants et que syndicats, associations et partis politiques sont appelés à le signer.
En coordination avec le Syndicat de la médecine générale.

Nous sommes des milliers à faire, dans notre pratique quotidienne, depuis de nombreuses années, le lien entre santé et travail.

Nous qui sommes médecins (généralistes, médecins du travail ou psychiatres), travailleuses et travailleurs, nous qui sommes syndicalistes, nous en faisons le constat. Et nous passons maintenant à l’offensive. Nous constatons chaque jour, de plus en plus, les conséquences de la violence des organisations du travail sur les travailleurs et travailleuses : décès prématurés par cancers secondaires à la polyexposition aux toxiques, psychopathologies professionnelles, qu’il faut permettre de reconnaître en maladie professionnelle (non reconnues car hors tableaux des maladies professionnelles), lésions tendineuses et articulaires multiples en lien avec un management brutal et déshumanisant qui accélère et intensifie le rythme du travail.

Travailleuses, travailleurs, syndicalistes, médecins, nous observons ces faits et leurs répercussions quotidiennes. Nous travaillons en réseaux, pour rendre visible la réalité physique et sociale de ces pathologies, pourtant largement évitables, liées au travail.

Nous devons repenser le rôle des citoyens et des soignants, pour que toutes et tous, nous reprenions la main sur nos vies. Cela signifie :

  • 1) Jouer notre rôle de lanceur d’alerte. La fonction de lanceur d’alerte doit être protégée des attaques d’employeurs auprès de l’Ordre des médecins et des sanctions qui s’ensuivent. Nous revendiquons la pleine indépendance de tous les médecins, notamment du travail, alors que celle-ci est menacée [1].
  • 2) Nous former pour être capables de mieux repérer le travail comme cause des pathologies.
  • 3) Passer du soupçon à la connaissance en rédigeant plus souvent les certificats d’accidents du travail et de maladies professionnelles, même hors tableaux, afin de soustraire les patients à des risques inconsidérés, ce qui signifie étendre la formation en santé au travail des étudiants au sein de l’Université (médecine, sociologie, droit, etc.).
  • 4) Accompagner les patients et patientes, les orienter vers les lieux ressources : permanences pluridisciplinaires sur le travail, associations, collectifs de travail ou d’organisations syndicales, comités d’entreprise ou Comités d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT).

Nous, citoyens, citoyennes, affirmons qu’il est de notre responsabilité politique de dénoncer ces violences actuelles et toujours plus graves des organisations du travail, nous soutenons et nous nous associons à celles et ceux qui luttent pour que les fautes inexcusables des employeurs soient portées au pénal. Il faut en finir avec l’impunité des donneurs d’ordre qui est la règle. Nous appelons à rejoindre le collectif pour la santé des travailleuses et travailleurs.
Au-delà, nos organisations s’inscrivent dans une démarche de transformation du travail, de justice sociale et de perspectives émancipatrices.

La période électorale qui s’ouvre est l’occasion de réaffirmer notre attachement indéfectible à la question sociale et écologique et d’interpeller les candidats aux élections présidentielle et législatives pour exiger d’eux de passer à l’offensive avec nous dans ce domaine.

Nous appelons les organisations politiques à inscrire dans leur programme les revendications et les perspectives inscrites dans ce manifeste en faveur de la santé des travailleurs et travailleuses, pour le respect de la dignité humaine.

Nous les appelons à signer ce manifeste.

Signatures :
– Association pour la protection de la santé au travail dans les métiers portuaires 44 (APPSTMP 44),
– Association santé et médecine du travail (ASMT),
– Syndicat de la médecine générale (SMG),
– Union départementale CGT 44,
– Union syndicale de la psychiatrie (USP),
– Union syndicale Solidaires

Autres signataires : ……………………………………à envoyer à syndmedgen@free.fr

jeudi 9 février 2017


[1Une requête au Conseil d’État portée par nos organisations syndicales et associations est actuellement en cours contre les plaintes des employeurs envers les médecins qui font le lien entre la santé de leurs patientes et patients et le travail.

Lire aussi

Âme(s) à vendre ! (3)

17 octobre 2022
par Eric Bogaert
Actualité du 6 septembre 2022 : Juste avant l’AG du 5 septembre, tombait l’information que le propriétaire de la clinique était entré en « négociations exclusives » avec la Fondation L’Élan retrouvé pour …

La politique de l’autisme en France ou le retour tragique de la ligne Jdanov – Dépasser la haine.

10 août 2022
par Pierre Delion
Pierre Delion, psychiste J’ai longtemps hésité à écrire ce que vous allez lire, tant les préjugés actuels sont enracinés dans une doxa d’apparence scientifique qui n’admet aucune contestation : …

Âme(s) à vendre ! (2)

5 août 2022
par Eric Bogaert
Actualité du 05/08/2022 : La création de la SCIC clinique de Chailles « La Chesnaie » devrait être votée lors de l’assemblée générale extraordinaire (AGE) de transformation de l’association « Les Ami·e·s de …

Les psychologues dans la toile d’araignée des nudges du gouvernement

3 août 2022
par Roland Gori
Suite à l’enquête du Manifestepsy quant au changement de code NAF * des psychologues les incitant à se placer sous tutelle médicale Roland Gori a réagi par le texte suivant. Roland Gori …